La colère des profs porte ses fruits à Décines

— 

Il leur aura fallu « gentiment » séquestrer le proviseur de leur établissement pour obtenir gain de cause. Hier après-midi, la quarantaine d'enseignants du collège Georges-Brassens de Décines a obtenu gain de cause auprès du rectorat au terme d'un bras de fer engagé dès la rentrée. Depuis le 5 septembre, ils réclamaient le remplacement de deux professeurs de français et d'un enseignant d'arts plastiques. Faute d'avoir été entendus, ils se sont mis en grève lundi, puis ont de nouveau débrayé hier, allant jusqu'à retenir dans son bureau le proviseur, « volontaire » selon les grévistes. « Trois classes de 3e sur quatre n'ont toujours pas français. Ces élèves passent tout de même un examen à la fin de l'année », s'indignait hier une prof d'espagnol. A 15 heures, cette dernière a, comme tous les grévistes, repris les cours, le rectorat ayant annoncé l'arrivée d'un enseignant de français lundi. Pour l'art plastique, en revanche, les collégiens devront encore attendre...E. F.