la Sacvl cède une partie, pas la bataille

Elisa Frisullo

— 

Ces habitants du 9e, présents hier au tribunal, étaient en conflit avec la Sacvl depuis 2 ans.
Ces habitants du 9e, présents hier au tribunal, étaient en conflit avec la Sacvl depuis 2 ans. — c. villemain / 20 minutes

Les habitants de la Vallonnière ne verront pas leur loyer augmenter. Deux ans après avoir assigné ces 17 locataires du 9e en justice, la Société d'aménagement et construction de la ville de Lyon (Sacvl) s'est finalement désistée hier devant le tribunal d'instance. Une première depuis le début du conflit qui oppose le bailleur public à 96 de ses locataires. Ces derniers, soutenus par la Confédération syndicale des familles (CSF), refusent depuis juin 2009 la hausse de loyer qui leur est réclamée. Des progressions comprises, selon la CSF, entre 50 et 120 % sur six ans. « Pour nous, c'était impossible de subir une telle hausse. Notre résidence, très vétuste, n'a jamais été entretenue », indique un résident de la Vallonnière, Patrick, « soulagé » du retrait de la Sacvl dans son dossier.

Le conflit en appel
Ce locataire, comme les 16 autres habitants du 9e, ne doit sa tranquillité qu'au fait que sa résidence a été vendue en 2010 par la Sacvl à un autre bailleur, Vilogia. Mais pour les 64 autres familles qui, depuis février, ont été assignées et ont gagné face au bailleur, l'affaire n'est pas terminée. Car la Sacvl, qui a obtenu gain de cause dans seulement 12 dossiers, a fait appel dans tous les autres cas. « Au terme des six ans, soit en 2016, le prix du loyer que nous demandons à nos locataires sera de 6 € le m2. Contre plus de 11 €/m2 en moyenne aujourd'hui à Lyon », indique le directeur général de la Sacvl, Michel le Faou, jugeant la hausse réclamée raisonnable. Des arguments rejetés en bloc par la CSF. « Pendant des années, ce sont les locataires, à revenus modestes très souvent, qui ont entretenu leurs appartements. Et il faudrait en plus qu'ils payent un plus gros loyer », s'indigne Lisa Lavagne, responsable de la CSF. La semaine passée, cette dernière a demandé au maire de Lyon de convaincre la Sacvl de renoncer à faire appel. Sans réponse jusqu'alors, la CSF a invité les locataires à faire entendre leur voix, à 15 h 30 lundi, devant l'hôtel de Ville, lors du conseil municipal.