Rentrée « difficile » dans l'académie

— 

Le second degré perd 220 profs.
Le second degré perd 220 profs. — F. elsner / 20 minutes

Ils se sont déjà donné rendez-vous le 27 septembre prochain pour une journée unitaire de grève et de protestation. A quelques jours de la reprise des cours, les professeurs se préparent à une rentrée « très difficile » dans l'académie de Lyon, pas épargnée cette année par les suppressions de postes. « C'est simple, dans les collèges et lycées, 220 postes d'enseignants disparaissent alors que plus de 2000 élèves supplémentaires sont attendus », indique Jean-Louis Perez, secrétaire académique du Snes-Lyon. Dans le 1er degré, la situation s'annonce tout aussi tendue, avec 60 postes de maîtres en moins et 2 500 écoliers de plus accueillis. Résultat, les difficultés de remplacements des enseignants absents, qui avaient suscité la colère de nombreux parents l'an passé, pourraient se reposer rapidement. Dès la rentrée même, selon les syndicats enseignants, qui craignent un début d'année explosif dans plusieurs établissements du Rhône, de l'Ain et de la Loire. A ce jour, 45 classes sont toujours en attente d'un professeur d'anglais, selon le Snes. Dans 45 autres, les heures d'histoire-géographie n'ont pas été affectées. « Et quinze classes se retrouvent sans enseignants de maths », ajoute Jean-Louis Perez. Fin septembre, les personnels de l'éducation seront donc invités à se mobiliser pour réclamer « le gel des suppressions de postes », incompatible selon l'intersyndicale avec un enseignement de qualité. Le rectorat a quant à lui prévu de s'exprimer vendredi sur les conditions de rentrée.E. F.