CPE : étudiants et lycéens au front

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

A la veille de la journée de mobilisation nationale, les lycéens et étudiants lyonnais se sont à nouveau fait entendre contre le Contrat première embauche (CPE). Hier matin, seize lycées de l'académie étaient perturbés, dont Descartes, à Saint-Genis-Laval, bloqué par des élèves. Dans d'autres établissements, des barrages filtrants ont été installés, rebutant une partie des lycéens. Le rectorat a indiqué avoir eu écho d'un fort taux d'absentéisme hier.

Par ailleurs, plusieurs établissements ont été la cible de tentatives d'intrusions et de jets de pierre. Une personne a été interpellée devant le lycée de La Sauvagère (9e). Rue Victor Hugo (2e), des dégradations ont également été commises : des lycéens et des étudiants, selon la police, ont endommagé des vitrines et des voitures. En fin d'après-midi, une centaine d'étudiants de l'université Lyon-II ont participé à des « die-in » sur la place des Terreaux (1er), puis à plusieurs reprises rue de la République. « Tués sous une avalanche de précarité », comme on pouvait le lire sur leurs pancartes, ils se sont couchés sur le sol au pied d'une gerbe de fleurs. « Il s'agit d'une action non-violente et spontanée pour symboliser la mort des jeunes par la précarité », a expliqué Sophie, étudiante en anthropologie.

Cloé Makrides

Hier soir, le rectorat indiquait «qu'aucun lycée de l'académie n'était fermé», et que le recteur avait demandé aux chefs d'établissement «un fonctionnement normal» aujourd'hui.