Les associations turques se défendent

©2006 20 minutes

— 

Vivement critiquées depuis les dérives négationnistes de leur rassemblement, les associations turques répliquent. Dans une lettre adressée au préfet du Rhône, ces dernières ont condamné « les débordements d'une infime minorité de leur groupe », observés lors de leur manifestation du 18 mars contre la construction du mémorial arménien place Antonin-Poncet. Ce jour-là, des pancartes niant le génocide arménien de 1915 avaient été brandies. « Nous n'avons rien à voir avec ces groupuscules qui font l'objet de manipulations pour nuire à notre cause », se sont défendues les associations, jugeant « infamant de se voir qualifiés de révisionnistes d'extrême droite ». E. F.

Le tribunal administratif de Lyon doit examiner aujourd'hui la requête déposée par des riverains et la conseillère municipale Marie-Chantal Desbazeille (UMP) contre la construction du mémorial place Antonin-Poncet. (2e)