Un déficit de 45,3 millions aux hospices civils de Lyon

C.B.

— 

Ce reproche récurrent des urgentistes à leurs confrères libéraux a été souligné par plusieurs rapports ces dernières années. Le dernier, rendu en août 2007 au gouvernement, a fait le constat d'une permanence des soins "peu fiable, fragile et coûteuse".
Ce reproche récurrent des urgentistes à leurs confrères libéraux a été souligné par plusieurs rapports ces dernières années. Le dernier, rendu en août 2007 au gouvernement, a fait le constat d'une permanence des soins "peu fiable, fragile et coûteuse". — Jean-Philippe Ksiazek AFP

L'équilibre doit être atteint en 2013. Mais le déficit des Hospices civils de Lyon ne cesse d'être élevé. La direction du deuxième CHU de France a annoncé ce lundi que les HCL prévoyaient un déficit principal de 45,3 millions d'euros pour l'année 2011. Après la vente de biens immobiliers, le déficit consolidé serait de 5 millions d'euros.

Pour atteindre l'équilibre en 2013 comme le demande l'Etat, 200 équivalents temps plein seraient donc supprimés dans les effectifs non médicaux, indiquent Les Echos. «Le contexte est plus difficile que ce que nous avions anticipé» a déclaré Daniel Moinard, directeur général des HCL au quotidien.

Les tarifs d'assurance maladie du secteur public ont baissé de 0,8%, ce qui représente une perte de six millions d'euros pour les HCL. Et les dotations forfaitaires de financement des missions d'intérêt général d'enseignement ou encore de recherche ont également diminué de près de 10%, soit 34 millions d'euros en moins.

>> Retrouvez l'actualité lyonnaise par ici