L'université Lyon-II fait le ménage dans ses contrats précaires

SOCIAL L'université va externaliser une partie de son service d'entretien...

Carole Bianchi

— 

Scène de ménage à Lyon-II. L’université prévoit d’externaliser à partir de la rentrée une grande partie de son service de nettoyage. Selon les syndicats, qui appellent à un rassemblement vendredi à partir de 13h, quai Claude-Bernard (7e) avant la tenue d’un conseil d’administration, 80 employés en contrats précaires seraient menacés.

«Entre 50 et 60 sur 120», nuance Lyon-II qui pointe les baisses de crédits de l’Etat destinés à financer les contrats uniques d’insertion. «Nous subissons la situation, assure un porte-parole de la direction. Et nous avons un plafond d’emplois à respecter. La formation et la recherche restent notre priorité.»

 

«Derrière les seaux, des humains»

«Il faut que le président se rende compte que derrière les seaux et les serpillières, il y a des humains, s’indigne Jessica, 20 ans, femme de ménage en CDD. Il y a des collègues qui travaillent depuis quinze ans à l’université et qui vont se retrouver à la rue à 55 ans.» Lyon-II s’engage à ce que le personnel soit réintégré par la société d’externalisation. Mais cette mesure inquiète une partie des agents de l’université, qui voient la loi sur l’autonomie en partie responsable de cette décision.

«Cela commence par les personnels les plus faibles. Et après? s’interroge Cédric Michel, chef de projet informatique. Que vont devenir les jardiniers, les collègues qui travaillent à la maintenance? La communauté universitaire n’a pas envie d’être gérée par des sociétés externes.»

>> Retrouvez l'actualité lyonnaise par ici

BUDGET
Le coût annuel du ménage s’élève à 1 million d’euros à Lyon-II. Avec l’externalisation des tâches, le budget est estimé entre 1,5 et 1,8 million d’euros. «Il n’y a pas d’économie mais la masse salariale diminue», s’indigne l’intersyndicale.