A Vaulx-en-Velin, un drapeau palestinien en sursis

POLEMIQUE Le jugement sera rendu le 6 juillet...

Elisa Frisullo

— 

Près de 200 défenseurs de la cause palestinienne ont soutenu Bernard Genin hier au tribunal administratif.
Près de 200 défenseurs de la cause palestinienne ont soutenu Bernard Genin hier au tribunal administratif. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Le drapeau palestinien ne devrait plus flotter très longtemps sur le fronton de la mairie de Vaulx-en-Velin. Mercredi matin, lors d'une audience au tribunal administratif de Lyon, le rapporteur public, chargé de dire le droit, a conclu à l'illégalité de cet étendard. Et à l'annulation de la décision du maire Bernard Genin (PCF) de hisser, le 30 juin 2010, ce drapeau devenu depuis source de conflit entre l'édile de l'Est lyonnais et le préfet du Rhône.

Jean-François Carenco a demandé à plusieurs reprises au maire de retirer le drapeau, avant de l'assigner en justice pour «non respect du principe de neutralité des services publics». Un argument auquel Bernard Genin, entouré hier de plus 200 vaudais et défenseurs de la cause palestinienne, a répondu en insistant sur le caractère symbolique du drapeau.

Un acte de «résistance»

«Ce n'est pas une provocation. Mais un acte de solidarité envers le peuple palestinien. Un acte de soutien à ceux qui veulent relancer le processus de paix en Palestine comme en Israël», a déclaré le maire, qui a décidé d'installer cet étendard, fin 2009, de retour d'une visite à Beit Sahour. Depuis 2008, cette ville palestinienne est engagée dans une coopération et un pacte de l'amitié avec Vaulx-en-Velin.

«Ce drapeau s'inscrit dans ce cadre-là. La préfecture est partie prenante de cette coopération», a expliqué l'avocat du maire, Henri-Pierre Vergnon, rappelant les nombreuses communes ayant déjà pavoisé leur fronton aux couleurs d'un pays non reconnu par l'ONU. Selon lui, 438 mairies françaises ont hissé le drapeau du Tibet, «sans que personne ne leur demande de le retirer». Mais ces arguments n'ont pas convaincu le rapporteur public, qui a estimé «contraire au principe de neutralité» la décision prise par le maire communiste. Le jugement doit être rendu le 6 juillet. Mais d'ores et déjà, Bernard Genin a prévenu qu'il continuerait le «combat»

>> Retrouvez l'actualité lyonnaise par ici

NOUVELLE ACTION
Le 8 juillet au soir, une bâche aux couleurs de l'Arménie, du Nicaragua et de la Palestine sera hissée sur la façade de la mairie de Vaulx, en signe de solidarité.