Certains TER pourront circuler sans contrôleurs

Anne Dory

— 

La mesure concernera d'abord le futur tram train de l'Ouest lyonnais.
La mesure concernera d'abord le futur tram train de l'Ouest lyonnais. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Nouvelles tensions autour du trafic TER. Les associations d'usagers et le syndicat SUD-Rail ont distribué des tracts dans les gares rhônalpines, hier, pour dénoncer la suppression partielle des contrôleurs dans les trains, envisagée par la SNCF. La direction régionale a prévu de faire circuler le futur tram train de l'Ouest lyonnais, qui doit entrer en service à la rentrée, avec le conducteur comme seul agent à bord. « Il s'agit d'un TER urbain. La logique est identique à celle des tramways où il y a seulement des équipes volantes de contrôleurs », explique Pascal Delaitre, directeur adjoint TER Rhône-Alpes, soucieux de calmer les inquiétudes.

Des craintes liées à l'insécurité
La SNCF prévoit également de faire circuler d'autres trains de la région sans contrôleurs, mais la direction assure que cela restera « exceptionnel ». « Le contrôleur est là pour assurer la sécurité des voyageurs lors de leur montée et leur descente du train, s'inquiète Stéphane Boulade représentant régional de SUD-Rail. Dans le RER, à Paris, où il n'y a pas de contrôleurs, il y a déjà eu des accidents, parfois mortels, avec des voyageurs coincés dans les portes. » Les associations de voyageurs craignent l'instauration d'un climat d'insécurité. « C'est la porte ouverte à une certaine forme de délinquance, redoute Jean-Pierre Frencel, président de l'ADULA, l'association d'usagers de la ligne Lyon-Ambérieu. On risque de voir se multiplier les actes d'incivilité et de malveillance. »

Équipement

Le tram train de l'Ouest lyonnais sera équipé de caméras. D'après la direction régionale de la SNCF, cela devrait permettre aux conducteurs de s'assurer qu'aucun passager ne s'apprête à monter au moment de la fermeture des portes.