Hommage à Chaïb, tué à la sortie d'un bar

©2006 20 minutes

— 

 
  — 20 Minutes

Colère et recueillement hier à Oullins. Près du bar d'où sortait Chaïb Zehaf quand il a été tué d'une balle dans la tête, samedi soir par un client de l'établissement, ses proches ont déposé des fleurs, collé des petits mots sur un panneau en hommage à ce père de famille sans histoires. « Il est mort parce qu'il est arabe », clame Zinep, soeur de la victime. Selon Nabyl, cousin de Chaïb, blessé d'une balle dans le bras ce soir-là, le tireur aurait proféré des insultes anti-arabes avant d'ouvrir le feu. Mais la thèse du crime raciste n'a pas été retenue par le parquet. « Dans la dizaine de témoignages recueillis par la police, aucun ne fait état de propos racistes, a indiqué le procureur de la République, Xavier Richaud. Mais l'alcool n'est pas étranger aux faits. » Hier soir, le meurtrier présumé, un technicien de 38 ans, a été mis en examen pour « homicide volontaire et tentative d'homicide volontaire » et écroué.

Samedi soir, il regardait le match OL-Ajaccio dans le même bar que Chaïb et Nabyl. Il n'y a pas eu d'altercation, selon les clients. Eméché, ce passionné d'armes a été prié de quitter les lieux après avoir exhibé son 9 mm. Quelques minutes plus tard, avec deux amis, il croise Chaïb et Nabyl, sortis pour retirer de l'argent. L'homme a ouvert le feu devant la banque.

 Frédéric Crouzet

Une marche du domicile de la victime aux lieux du drame est organisée demain après-midi à Oullins en mémoire de Chaïb Zehaf, « père de trois enfants assassiné gratuitement ».