évincés de la majorité, les Verts attaquent Bret

élisa Frisullo
— 
Béatrice Vessiller, ancienne adjointe.
Béatrice Vessiller, ancienne adjointe. — C. villemain / 20 minutes

   Le conflit entre socialistes et écologistes à Villeurbanne rebondit devant la justice. Hier, le tribunal administratif de Lyon a examiné les requêtes déposées par Béatrice Vessiller, Jean-Claude Ray, et Vincent Morland, anciens adjoints et conseiller municipaux (Europe Ecologie -Les Verts) de la ville, qui s'étaient vu retirer leurs délégations par le maire PS de Villeurbanne Jean-Paul Bret. 

 « Un acte antidémocratique »
L'arrêté municipal contesté avait été pris le 28 juin 2010 au lendemain d'une élection cantonale partielle, au second tour de laquelle Béatrice Vessiller avait affronté puis perdu face au candidat socialiste Richard Llung. « C'est un acte antidémocratique vis-à-vis des électeurs qui, en 2008, ont porté à la tête de la mairie une équipe dans laquelle nous avions toute notre place », a déclaré l'ex-adjointe aux Déplacements urbains Béatrice Vessiller, à l'issue de l'audience. Et la justice pourrait bien lui donner raison. Hier, le rapporteur public, chargé de dire le droit, a en effet conclu à l'annulation de l'arrêté du maire et de la délibération prise par le conseil municipal de Villeurbanne pour entériner le retrait des délégations.
  « Il n'est pas démontré que la bonne marche de la gestion municipale ait été affectée par le maintien de Béatrice Vessiller au second tour de l'élection cantonale », a-t-il estimé, balayant les arguments du maire de Villeurbanne. « Il existait des points de dissension réels entre le maire et ces élus à la date de l'arrêté », a toutefois insisté Vincent Lacroix, avocat de Jean-Paul Bret. Le jugement, doit être rendu sous trois semaines. 

cantonales

Le 27 mars 2011, soit moins d'un an après sa défaite, Béatrice Vessiller a remporté le canton Villeurbanne Sud face au candidat du PS Richard Llung.