POLITIQUE

Le trublion Vert Etienne Tête poussé vers la sortie

Ses positions contre le maire de Lyon ainsi que son opposition au Grand stade de Décines ont été sanctionnées...

Remous au sein de la majorité du maire Gérard Collomb (PS). Lundi, le conseil municipal de Lyon s'est prononcé contre le maintien d'Etienne Tête (Europe Ecologie - Les Verts) dans ses fonctions d'adjoint au maire, dix-sept mois après le retrait de sa délégation au Cadre de vie. En décembre 2009, Gérard Collomb avait ainsi sanctionné Etienne Tête après un article de presse dans lequel l'adjoint évoquait les «mensonges» du maire et parlait de compromission avec des chefs d'entreprise.

Opposition au Grand stade à Décines

L'élu écologiste payait également ses prises de position contre le projet de Grand stade à Décines, défendu par Gérard Collomb. «J'ai pris cette décision pour la bonne marche de l'administration communale», a justifié lundi le maire de Lyon. «Un maire peut-être en désaccord avec un adjoint et lui retirer sa délégation. Mais cette décision doit être motivée, discutée et concertée. Ce qui n'a pas été le cas», a répliqué Pierre Hémon, président du groupe écologiste au conseil municipal.

La majorité de Gérard Collomb a approuvé la mise à l'écart d'Etienne Tête, à l'exception de cinq des huit élus écologistes. L'opposition s'est abstenue. Sauf trois conseillers municipaux du groupe Centristes et démocrates. «La diversité des opinions est une richesse pour une équipe municipale», a plaidé leur président Christophe Geourjon, évoquant la « dérive autocratique » du maire.

Les écolos en recul au conseil municipal

Malgré leurs bons scores aux dernières élections, les écolos perdent du terrain au conseil municipal. En 2008, les Verts avaient obtenu 5 postes d'adjoint. Mais depuis le vote d'hier, et le décès de Guylaine Gouzou-Testud en janvier dernier, ils ne sont plus que trois. Ils devraient être quatre dès juillet, avec la probable nomination de Françoise Rivoire.