L'extrême droite fait le coup de poing

Frédéric Crouzet
— 

Le rassemblement pour la « liberté d'expression » et « contre le halal » a tourné à la démonstration de force des néo-nazis. Après les prises de parole des représentants identitaires « contre l'islamisation de la France » place Saint-Jean et la dispersion des 500 manifestants, un groupe de 85 skinheads lyonnais et parisiens a scandé des « sieg heil » et effectué le salut nazi dans les rues du Vieux-Lyon. Avant de se heurter aux gendarmes mobiles en tentant de traverser le pont de la Feuillée pour affronter des contre-manifestants d'extrême gauche. Dans leur fuite, ils ont saccagé la devanture d'un restaurant à kebabs du 5e arrondissement. Ils ont été finalement interpellés dans le quartier Saint-Georges et emmenés dans un commissariat en bus pour vérification d'identité. Quatre skinheads étaient hier toujours en garde en garde à vue pour des dégradations, port d'armes prohibées (bombes lacrymo, chaînes de moto…) et violence sur agent de la force publique.

Plusieurs blessés
« C'est une minorité de hooligans et de néo-nazis qui a gâché notre travail. Mais la police aurait dû mieux les encadrer, ne pas les lâcher », déplorait hier Damien Rieu, porte-parole des jeunes identitaires de Rebeyne. Malgré l'imposant dispositif des forces de l'ordre mis en place ce week-end, un groupe d'une quinzaine de skinheads s'en est également pris samedi soir au bar le Phoebus, à la Croix-Rousse (1er), blessant deux personnes. « Ils étaient saouls et ultra-violents, ils ont tourné toute la soirée sur les pentes, agressant des gens au hasard », raconte un témoin de la scène. Le site alternatif Rebellyon faisait état hier de nombreuses hospitalisations, dont une personne dans un état grave. Une information que n'a pas confirmée la police. A l'issue de la contre-manifestation du collectif Vigilance contre l'extrême droite, qui a rassemblé un millier de personnes, trois militants d'extrême gauche ont été interpellés et placés en garde à vue après avoir essayé de rejoindre le Vieux-Lyon.