Le stade des lumières tâclé au sénat

dalya daoud

— 

érard Collomb renvoyé dans les cordes. Le Sénat s'est penché hier sur une proposition de loi qui doit permettre la construction et la rénovation de structures sportives en vue de l'organisation par la France de l'Euro 2016. Le sénateur-maire de Lyon (PS) a profité de cette occasion pour défendre un amendement visant à déclarer d'intérêt général tous les stades conçus pour le tournoi. Mais sa proposition a été rejetée par les sénateurs. Gérard Collomb, fervent promoteur du projet de grand stade de l'OL à Décines, perd ainsi le bras de fer qui l'opposait depuis plusieurs jours à la ministre des Sports, Chantal Jouanno. Le maire refuse en effet de lancer les enquêtes relatives à une révision du plan local d'urbanisme (PLU), desquelles dépend le lancement du chantier à Décines. Il exige au préalable une déclaration d'intérêt général (DIG) pour son stade, indispensable selon lui pour contrer les recours juridiques de ses opposants locaux.

« A part l'embrasser

sur la bouche… »
Mais le gouvernement ne juge pas utile de délivrer ce document, car « il n'a pas de conséquence sur le droit de l'urbanisme », a insisté la ministre devant les sénateurs. L'amendement de Collomb visait à débloquer cette situation, qui exaspère Jean-Michel Aulas, président de l'OL et principal financeur de ce stade de 60 000 places. La ministre des Sports est cependant restée intransigeante au cours du débat, promettant toutefois de réunir autour d'une table les élus locaux afin que le stade finisse par voir le jour. Gérard Collomb, exaspéré, a exhorté la ministre à laisser « les élus lyonnais régler des problèmes qui ne sont pas de la dimension d'une décision d'Etat ». La ministre des Sports a répété que le gouvernement soutenait le projet d'OL Land. « Si on annonce 20 millions d'euros pour ce stade, c'est qu'on y croit. A part l'embrasser sur la bouche, je ne vois pas ce que je peux faire de plus pour convaincre M. Collomb », a déclaré Chantal Jouanno à l'AFP.