Une oeuvre contemporaine vandalisée dans une église de Lyon

FAIT DIVERS Une colonne de casseroles de 7 mètres de haut, réalisée par l'artiste camerounais Pascale Marthine Tayou, a été vandalisée mardi soir dans l'église Saint-Bonaventure...

E. F. et F. C.

— 

Une colonne de casseroles de 7 mètres de haut réalisée par l'artiste camerounais Pascale Marthine Tayou est exposée dans l'église lyonnaise Saint-Bonaventure
Une colonne de casseroles de 7 mètres de haut réalisée par l'artiste camerounais Pascale Marthine Tayou est exposée dans l'église lyonnaise Saint-Bonaventure — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Une œuvre du Musée d’art contemporain de Lyon (Mac), exposée depuis plusieurs semaines dans l’église Saint-Bonaventure (2e), a été vandalisée mardi, dans la soirée, rapporte ce mercredi le site du quotidien Le Progrès.

La «colonne pascale», un empilement de casseroles de 7 mètres de haut, réalisé par l’artiste Pascale Marthine Tayou, a été renversée intentionnellement.

>> Retrouvez notre diaporama «Sur la piste de l’art» avec les œuvres de Pascale Marthine Tayou

«Il était environ 19h30, l'église était vide quand j'ai entendu un grand bruit. La colonne était par terre. Un jeune homme se tenait à côté. Il s'est enfuit et j'ai appellé la police», a raconté à 20minutes.fr le sacristin de l'église.

Arrêté un chapelet à la main

Le jeune homme se serait servi d'un câble et d'un mousqueton pour faire chuter l'œuvre d'art. La police a précisé qu'elle n'avait procédé à aucune interpellation.

>> Une œuvre d'art a-t-elle sa place dans une église? Participez à notre sondage par ici

Cet acte de vandalisme intervient deux jours après la dégradation au musée d'art contemporain d'Avignon d’œuvres polémiques du photographe américain Andres Serrano, baptisées « Piss Christ ».  L'une des photographies représente un petit crucifix en plastique immergé dans un verre rempli de l'urine de l'artiste.

Gros travaux à prévoir

«Il y a de gros travaux de restauration à prévoir», confirme à 20minutes.fr le Mac de Lyon. Le musée lyonnais, qui accueille actuellement, dans ses bâtiments de la Cité internationale, une exposition consacrée à l’artiste camerounais, doit porter plainte dans la journée toute comme les responsables de l'église lyonnaise.

>> Lire l'intégralité de l'actualité lyonnaise par ici