Handicapée et sans-papier, une ivoirienne risque l'expulsion à Lyon

E. F.

— 

Elle est handicapée, sans-papiers et risque d’être expulsée. Une mère de famille de 43 ans, d’origine ivoirienne, suivie actuellement par l’Établissement et services d'aide par le travail (ESAT) du Grand Lyon, pourrait être interpellée à tout moment.

Cette femme, souffrant d’une maladie dégénérative évolutive du système nerveux, est arrivée en France en 2002 pour y être soignée. Elle a depuis reçu une reconnaissance de la «qualité travailleur handicapée» valable jusqu’à fin octobre 2012. Mais récemment, le renouvellement de son titre de séjour a été refusé.

«Le 15 avril, alors qu’elle travaillait à l’Esat, elle a été informée par téléphone que les forces de l’ordre s’étaient présentées à son domicile», indique un membre de la structure médico-sociale, chargée de la réinsertion professionnelle des handicapés. En apprenant la nouvelle, elle fait un malaise et a été transportée à l’hôpital neurologique où elle est actuellement hospitalisée.

« La police passe depuis à l’hôpital pour prendre de ses nouvelles », ajoute l’Esat, qui juge impensable que cette femme puisse être renvoyée en Côte d’Ivoire. Un pays sous tensions, où selon l’établissement, elle ne pourra bénéficier d’aucun soin.