le vélomobile à l'amende

carole bianchi

— 

Pierre Delorme, hier matin devant le tribunal de Lyon.
Pierre Delorme, hier matin devant le tribunal de Lyon. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Les traits tirés, Pierre Delorme est arrivé un peu après 8 h 30 hier matin devant le palais de justice de Lyon. Après avoir parcouru 404 km en vélomobile en 24 heures, le cycliste a été condamné par le tribunal de police à une amende de 35 € pour un « excès de vitesse » commis avec son engin au parc de la Tête d'Or en mai 2010. « Je ne veux pas encombrer les tribunaux, a relevé Pierre Delorme. Donc je paierai l'amende. Pour cela, nous allons lancer une collecte. J'invite toutes les personnes qui souhaitent soutenir les transports alternatifs à envoyer 1 centime à notre association Modes Doux. »

« Je me suis perdu plusieurs fois »
Mercredi, cet informaticien s'était lancé le défi de parcourir 400 km de pistes cyclables dans le but de les tester et de défendre la pratique des modes doux. « Pour qu'une piste soit réussie, il faut des infrastructures. Mais le comportement des automobilistes joue aussi ». Durant son challenge, le cycliste a dû éviter des dizaines de voitures stationnées sur le chemin des vélos. « Aux Gratte-Ciel, par exemple, il y a carrément une auto-école qui gare ses véhicules sur les aménagements. C'est inexploitable ! » Systématiquement, Pierre Delorme a appelé la police municipale pour faire dégager ces voitures. Avec succès la plupart du temps. Le cycliste a également souligné un manque flagrant de signalisation. « Il n'y a pas de maillage des pistes. Je me suis perdu plusieurs fois, notamment à Brignais où j'ai atterri dans un camp de gens du voyage. » Le cycliste va désormais compiler toutes ces données. Et espère inciter les politiques à consulter les associations dédiées au développement des modes doux pour construire de nouvelles pistes cyclables.

guide

Pierre Delorme veut désormais « créer un guide des pistes cyclables » en France et « tester en catimini les aménagements réalisés par les villes, comme pour les restaurants du guide Michelin », explique-t-il. Paris serait dans sa liste.