Valérie Pécresse à Lyon pour booster le plan campus qui a pris du retard

UNIVERSITE Aucune rénovation de logement étudiant n'a débuté selon la ministre...

C.B.

— 

Le coût de la reconversion de la Doua en campus vert est évalué à 300 millions d'euros.
Le coût de la reconversion de la Doua en campus vert est évalué à 300 millions d'euros. — Regards

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, doit se rendre ce mardi à Lyon pour faire le point sur l'avancement du plan Campus. L'Etat avait décidé en janvier 2009 d'attribuer  575 millions d'euros pour les universités de la ville, à condition de nouer des partenariats public-privé.

L'objectif est notamment d'accélerer la rénovation et la restructuration des campus de la Doua et Charles-Mérieux à Gerland. Lyon faisant partie des points noirs du logement étudiant en France.

«L'université de Lyon ne peut plus perdre un an»

Si des avancées sont à noter avec les chantiers de l'Institut de chimie et de biologie des protéines et de l'Institut des Sciences analytiques, qui a vocation à devenir le plus grand centre de recherche au niveau européen, la ministre semble s'impatienter. «Il s'agit de la seule ville où on ne lancera pas de travaux de l'opération campus avant fin 2011, a-t-elle regretté dans une interview accordée au Progrès. Il y a eu un gros effort sur le plan de la recherche et sur l'organisation en université fédérale, mais à côté de cela, le volet immobilier piétine.»

La ministre a rappelé que la rénovation des campus serait l'une des principales conditions pour devenir un site universitaire d'excellence. Mais certains acteurs de l'enseignement supérieur, comme la région, dirigée par le PS, sont réticents à se lancer dans le partenariat public-privé. «Même en Seine-Saint-Denis, fief socialiste, on fait de tels partenariats. L'université de Lyon ne peut plus perdre un an», a-t-elle ajouté.

>> Retrouvez l'actualité lyonnaise par ici