La gauche lyonnaise unie face au CPE

© 2006 AFP

— 

La photo est rare.
Hier, les responsables locaux
de huit partis de gauche et d’extrême
gauche ont tenu une
conférence de presse commune
pour appeler à la mobilisation
contre le contrat
première embauche (CPE).
«Nous sommes tombés d’accord,
dès le 4 février, pour
dire qu’il s’agissait d’une
nouvelle attaque du gouvernement
contre le code du
travail et qu’il fallait la
contrer en étant ensemble »,
explique Armand Creus de
la LCR, mouvement à l’origine
de cette union.
Dès cette semaine, les militants
du PS, du PC, des Verts,
de la LCR, du MRC, de
Lutte Ouvrière, des Alternatifs
et d’A gauche autrement
iront ensemble distribuer
des tracts à la sortie des
métros ou des usines. Ils appellent
à un grand rassemblement
unitaire le 7 mars
pour « créer un rapport de
force qui mène au retrait du
CPE ».Et invitent les jeunes
à suivre le mouvement des
lycéens qui ont prévu de se
rassembler une nouvelle fois
aujourd’hui, placeBellecour
à 14 h 30. ALyon, gauche et
extrême gauche ne s’étaient
pas donné lamain depuis les
manifestations contre l’alliance
entre Charles Millon
et le FN en 1998. « Nous ne
sommes pas dans le cadre
d’une alliance électorale »,
précise Nathalie Arthaud,
porte-parole de LO. Mais
ces formations savent
qu’elles devront se retrouver
après le CPE. Certains
représentants parlent déjà
de « propositions communes
». « La gauche peine
à offrir des réponses à ce
mouvement social. J’espère
qu’au-delà du CPE, nous serons
capables d’aborder ce
qui nous unit et nous divise.
Si on n’y arrive pas, on perdra
en 2007 », prédit Bruno
Guichard d’Agauche autrement.


Frédéric Crouzet

Hier, lors d’un colloque à Charbonnières, Azouz Begag, ministre à la Promotion de l’égalité des chances, a appelé les Français « à donner sa chance » au contrat première embauche.