Des parents vont attaquer l'Etat pour le non remplacement des enseignants absents

EDUCATION En février, des dizaines d'écoles du département avaient été paralysées par ces absences...

Elisa Frisullo

— 

De plus en plus de parents protestent contre le non-remplacement des profs absents. A Lyon, le 25 mars 2011, à l'école Aveyron.
De plus en plus de parents protestent contre le non-remplacement des profs absents. A Lyon, le 25 mars 2011, à l'école Aveyron. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Les parents d'élèves ne capitulent pas. Selon la FCPE du Rhône, plusieurs familles s'apprêtent à attaquer l'Etat devant le tribunal administratif de Lyon suite aux multiples non-remplacements d'enseignants qui ont paralysé les écoles en février.

>> Seriez-vous prêt à attaquer l'Etat? Répondez à notre sondage par ici

«Et ce n'est pas fini. Il y a encore des absences non remplacées, même si, deux jours après la rentrée, il est difficile d'en mesurer l'ampleur», indique François Gauthier, président de la FCPE.

L'école Aveyron dans l'action

La fédération de parents d'élèves compte s'associer aux plaintes des familles pour «rupture du service public». «Les problèmes de remplacements ne vont pas se résorber tant que l'Etat continuera de supprimer des postes dans l'éducation», ajoute ce père de famille.

En février, un vent de protestation avait gagné les écoles de l'Est Lyonnais et les quartiers populaires de Lyon, où des dizaines de professeurs manquaient à l'appel. «Lorsque la maîtresse de ma fille est partie en congé maternité, elle n'a pas été remplacée», témoigne Catherine, dont l'enfant est scolarisée à l'école Les Tables-Claudiennes (1er).

A force de mobilisation, les parents ont obtenu l'affectation à temps plein d'une enseignante, déjà remplaçante dans trois autres établissements voisins. «Nous avons obtenu gain de cause aux dépens d'autres familles», déplore la mère de famille.

Manifestation ce samedi place Bellecour

A l'école Aveyron (1er), jusqu'à six absences simultanées d'enseignants n'ont pas été remplacées cet hiver. «Leurs élèves étaient alors répartis dans d'autres classes. Tout ça, ce sont des journées d'apprentissage perdues», s'indigne Cathy Hamaïli, déléguée FCPE.

Cette dernière participait ce mardi à une rencontre organisée par la fédération pour mobiliser les parents de l'école en vue de la journée nationale d'action prévue ce samedi. Ce jour-là, une manifestation contre les suppressions de postes dans l'éducation est prévue à 14 h 30 au départ de Bellecour.

>> Lire l'actualité lyonnaise par ici

POSTES
Selon le syndicat enseignant SNUipp du Rhône, 20 postes pourraient être supprimés à la rentrée prochaine dans le 1er degré, alors que 1.700 élèves supplémentaires sont attendus en maternelle et en primaire.