Pages sombres pour les hebdos locaux

© 20 minutes

— 

Grosse gueule de bois pour la presse hebdomadaire lyonnaise. Alors qu’ils fêtaient en septembre leur lancement ou leurs projets de développement, les titres d’informations générales Tribune de Lyon et Lyon Capitale ont vécu hier une journée noire. Dans la matinée, les salariés de Lyon Capitale, journal créé en 1994, ont appris que leur conseil d’administration, dominé depuis la rentrée par le nouvel actionnaire Evolem, avait décidé de procéder au dépôt de bilan de l’entreprise. « La société est en cessation de paiement. On ne pouvait pas faire autrement », justifie Vanessa Rousset, directrice d’Evolem, un fonds d’investissement crée par le très prospère groupe d’assurance April. Elle accuse l’ancien PDG et fondateur du journal Jean-Olivier Arfeuillère d’avoir commis de lourdes erreurs de gestion. Son éviction brutale à la mi-décembre a secoué les salariés qui se sont mis en grève à plusieurs reprises pour demander sa réintégration. Les rédacteurs reprochent à l’actionnaire d’avoir cédé aux pressions du maire de Lyon après une série d’article dénonçant les conditions d’attribution des marchés publics. Le maire de Lyon, Gérard Collomb (PS), avait reconnu avoir supprimé à l’hebdo des budgets publicitaires. « Il a réussi à avoir la peau de Lyon Capitale », se lamentait hier après-midi un journaliste, lors d’une manifestation symboliquement organisée devant l’Hôtel de Ville (1er). Au même moment, il était aussi question du maire dans les locaux de Tribune de Lyon, hebdo fondé en septembre dernier par Fernand Galula, ancien patron des Petites Affiches, et proche de Gérard Collomb. La rédaction s’est mise en grève pour 24 h, empêchant ainsi la sortie de l’édition de vendredi, en raison de la « censure d’une enquête consacrée à l’affaire de Saint-Fons dans le cadre de laquelle Gérard Collomb doit être entendu comme témoin ». Cette grève intervient dans un climat tendu pour ce nouveau journal qui accuse des pertes plus importantes que prévues. La direction envisagerait des licenciements ou un dépôt de bilan. F. C. et C. M.

reprise En grève mardi, les journalistes de Lyon Capitale sont retournés au travail hier pour préparer le prochain numéro et un projet de reprise de leur titre.