L'immeuble le plus écolo de Lyon tourne au fiasco

ENQUETE Nouveau revers pour projet de bâtiment passif du Logis Vert dans le quartier de la Confluence. Le gérant vient de faire faillite et les futurs acquéreurs s'inquiètent...

Frédéric Crouzet

— 

Le terrain de l'immeuble Logis Vert, dans le quartier de la Confluence à Lyon. Mars 2011.
Le terrain de l'immeuble Logis Vert, dans le quartier de la Confluence à Lyon. Mars 2011. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Ce devait être l’immeuble le plus écolo de France, un exemple d’habitat coopératif, le symbole de la mixité sociale au coeur du très onéreux nouveau quartier de la Confluence (Lyon 2e). Mais à l’angle des rues Casimir-Perrier et Denuzière, le bâtiment du Logis Vert peine à sortir de terre. En 2008, le premier promoteur du projet avait mis la clé sous la porte à cause de la crise financière.

Aujourd’hui, ce bâtiment à très faible consommation d’énergie, prévu pour 2012, est de nouveau embourbé dans un mic-mac dans lequel la cinquantaine d’acquéreurs risque de laisser des plumes. Les futurs propriétaires, quelques investisseurs et une majorité de familles modestes attirés par des prix très bas (à partir de 2600 €/m2), ont découvert début février que le gérant de leur société coopérative, le bailleur Logement et Ville, avait fait faillite. Et sont depuis sans nouvelles des 5 % d’acompte versés, soit près de 500.000 euros.

Une dette de plus de 700.000 euros

 «Si l’immeuble ne se fait pas, nous nous retrouvons tous solidaires de la dette de notre société coopérative, dont 700.000 euros de frais d’architecte», indique Sylvain Guenro. Cet investisseur a pris la présidence de l’Association de défense des acquéreurs, qui regroupe une trentaine d’entre eux. Elle s’est attachée les services d’un avocat pour mettre en demeure le Grand Lyon, pilote de l’opération Confluence, de trouver une porte de sortie. Mais la solution adoptée par collectivité apparaît opaque et semée d’embûches.

Le Grand Lyon vient de charger le bailleur social Rhône-Saône Habitat (RSH) de reprendre le dossier et s’apprête à lui vendre le terrain. «Nous n’avons même pas été consulté sur ce projet de vente alors que nous sommes les premiers concernés. Et nous n’avons aucune assurance écrite de RSH sur les prix qui seront pratiqués. Et les accédants sociaux n’ont pas les moyens de remettre 10 000 € de dépôt de garantie», regrette le président de l’association.

Des logements 30% moins chers

Parmi les cinquante futurs propriétaires, ces ménages ont bénéficié du dispositif du Pass Foncier, un système d’aide pour l’accession sociale à la propriété, complété par des prêts à taux zéro et une subvention du Grand Lyon. Le montage juridique en coopérative a également permis de réduire les prix de vente des logements de 30%. Une aubaine à la Confluence, où les prix avoisinent désormais les 5.000 € du mètre carré.   

«RSH construira le projet des architectes, au même prix pour les acquéreurs», assure Gilles Buna, vice-président du Grand Lyon en charge de l’urbanisme (Les Verts). «Seuls les investisseurs ne pourront pas bénéficier du régime de défiscalisation Scellier car RSH n’a pas le droit d’en proposer. Je crois que la reprise par RSH ne pose problème qu’à quatre investisseurs ».

Bataille pour un terrain

Une bataille vient de s’engager pour l’achat des 2,4 ha du terrain du Logis Vert, l’îlot E4 de la zone d’aménagement de la Confluence. Un acte de promesse de vente serait en cours d’élaboration pour permettre à RSH de racheter le terrain à la société publique Lyon-Confluence, propriétaire, alors que la société coopérative possède elle le permis de construire. «Mais elle n’a pas acheté ce terrain en temps voulu», explique Gilles Buna.

«C’est du vol de projet», estime Bernard Establie. Ce consultant en immobilier, à l’origine du concept du Logis Vert, a également proposé aux acquéreurs de reprendre la gérance de la société coopérative et de racheter le terrain pour mener avec eux le projet initial à son terme rapidement. «Si le terrain n’est pas cédé à la société coopérative, ce sera un refus de vente. Il y aura des recours qui retarderont encore plus le projet», dit-il. Le maire de Lyon Gérard Collomb (PS), soucieux de l’image du nouveau quartier de la Confluence, doit recevoir cette semaine l’association de défense des acquéreurs.

Confiance dans le Grand Lyon

« Je ne pensais pas que ce projet prendrais cette tournure », explique Julien Guédon, investisseur et secrétaire de l’association de défense des acquéreurs. « Pour moi, la Confluence était un projet public, porté par le Grand Lyon. J’avais confiance ».

 

BATIMENT PASSIF

Conçu par les architectes Hermann Kaufmann (Autriche) et Hervé Vincent (Lyon), le Logis Vert est un immeuble passif dont la consommation énergétique est 20 fois inférieure à celle d'un immeuble ancien, et trois fois moindre qu'un bâtiment basse consommation. Pour parvenir à une consommation de 15 kWh/m2/an, l'accent a été mis sur une isolation renforcée. Le bâtiment doit subvenir à ses besoins énergétiques grâce à des panneaux solaires et des chaudières à bois.