Lyon a de la peine à respirer

POLLUTION L'alerte est maintenue ce lundi pour les particules fines...

Frédéric Crouzet

— 

Un important épisode de pollution aux particules fines touche l'agglomération lyonnaise depuis le 2 mars 2011.
Un important épisode de pollution aux particules fines touche l'agglomération lyonnaise depuis le 2 mars 2011. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

La qualité de l'air devrait être encore très mauvaise ce lundi à Lyon. Le réseau d'observation Atmo-Rhône-Alpes ne prévoyait dimanche «pas d'amélioration» dans l'agglomération, touchée depuis jeudi par un important pic de pollution aux poussières, provenant du chauffage urbain, des usines et de la circulation automobile.

Le léger vent du nord prévu ne devrait pas permettre de disperser les polluants. «Et la reprise des activités lundi devrait induire des émissions supplémentaires», prévient Atmo Rhône-Alpes. Le dispositif d'alerte reste donc en vigueur, avec obligation de réduire la vitesse de 20 km/h sur les grands axes.

38 jours de pollution

Des «mesurettes» selon Europe Ecologie, qui réclame l'abandon des grands projets routiers dans la région. Car depuis le début de l'année, l'agglomération a déjà enregistré 38 jours de pollution aux particules fines, alors que la réglementation européenne impose de ne pas dépasser 35.

Et cette pollution a un impact sur la santé. Selon un rapport de l'Institut national de veille sanitaire publié le 2 mars, les habitants de Lyon, 4e ville de France la plus polluée, gagneraient 5,7 mois d'espérance de vie si les normes étaient respectées.

>> Réduire la vitesse des automobilistes pendant les épisodes de pollution, est-ce suffisant? N'hésitez pas à réagir dans les commentaires ci-dessous.

>> Lire l'actualité lyonnaise par ici

RECOMMANDATIONS
La préfecture recommande a toute la population «d'éviter toute activité physique ou sportive intense» durant l'épisode de pollution.