Feyzin tire les leçons d’un douloureux passé

© 20 minutes

— 

A Feyzin, quarante ans après, l’explosion de la raffinerie est encore dans les mémoires. Aujourd’hui, les commémorations organisées à l’occasion de l’anniversaire de la catastrophe réveillent chez les Feyzinois témoins du drame de nombreux souvenirs. « Je me rappelle du souffle provoqué ce matin-là par l’explosion, des flammes et de la chaleur qui s’est abattue sur la commune », raconte une habitante de Feyzin, Denise Heymes, 69 ans. « Par chance, j’ai eu le temps de protéger mes enfants et nous n’avons subi aucun dégât puisque nous habitons sur les hauteurs de la ville », poursuit cette riveraine, restée très attachée « à sa commune » de la vallée de la chimie. Comme elle, de nombreux autres témoins de la catastrophe n’ont pu se résoudre à quitter la ville, où, à proximité des installations classées Seveso, se côtoient les entreprises, les écoles, les habitations et les terres agricoles. « Nous surveillions la raffinerie, mais je crois que cette journée du 1er janvier 1966 a permis une véritable prise de conscience des risques encourus », souligne Jean-Paul Gallis, 62 ans. « Nous sommes certainement davantage en sécurité ici aujourd’hui que dans d’autres zones classées Seveso », poursuit ce résident du quartier des Razes, une zone située à moins de 300 m de la raffinerie. Ici, les progrès réalisés depuis quarante ans en matière de sécurité par les industriels et les pouvoirs publics ont semble-t-il contribué à atténuer les traumatismes et les craintes des riverains. Un sentiment de sécurité renforcé, selon le maire PS de Feyzin Yves Blein, par le plan communal de secours lancé sur la commune. « Il s’agit, au-delà des systèmes de sécurité développés par les industriels, d’informer et de sensibiliser la population à la gestion des risques technologiques », rappelle-t-il. En cas d’accident, « je suis en mesure d’avertir en moins de cinq minutes les huit cents habitants et entreprises les plus proches des usines ». Le plan a aussi permis le balisage des itinéraires d’évacuation des populations et la formation des acteurs référents de la cité. Des enseignants, des commerçants ou des responsables associatifs chargés d’identifier, le moment venu, la nature du risque encouru et d’orienter le public. Elisa Frisullo