Lyon

L’institut médico-légal ressuscite

L’institut médico-légal (IML) de Lyon fait peau neuve. En chantier depuis plus d’un an, l’institut rattaché à l’université Claude-Bernard Lyon-I a inauguré hier après-midi ses 150 m2 de locaux flambant neufs (8e). Cette réhabilitation, cofinancée par l’

L’institut médico-légal (IML) de Lyon fait peau neuve. En chantier depuis plus d’un an, l’institut rattaché à l’université Claude-Bernard Lyon-I a inauguré hier après-midi ses 150 m2 de locaux flambant neufs (8e). Cette réhabilitation, cofinancée par l’université et la ville de Lyon à hauteur de 1,22 million d’euros, était devenue indispensable pour moderniser le site, devenu trop vétuste depuis son installation en 1933 dans les locaux de la faculté de médecine. « Notre objectif était de donner à Lyon-I un plateau technique de qualité pour effectuer au mieux ses missions pour la justice », a rappelé hier le directeur de l’IML de Lyon, Daniel Malicier. Dotés d’un amphithéâtre de démonstration, de plusieurs blocs opératoires et salles d’autopsie, les légistes lyonnais enquêtent chaque année sur 700 cas de morts violentes ou suspectes. Dans 95 % des cas, ces autopsies sont réalisées à la demande des autorités judiciaires. C’est également ici, dans les sous-sols glacials et sinistres de l’institut, que sont accueillies après leurs plaintes les victimes de violences corporelles. Grâce à cette restructuration, ce pôle lyonnais, fréquenté chaque jour par des spécialistes de la médecine légale, des chercheurs, des étudiants en médecine, en droit ou de futurs avocats, bénéficie désormais de tous les équipements nécessaires pour faire face à d’éventuelles épidémies, attentats ou catastrophes naturelles pour tout le quart sud-est de la France. L’IML lyonnais pourrait d’accueillir du jour au lendemain 160 corps. Véritable centre de référence, l’institut doit prochainement former de futurs cadres de la police scientifique algérienne. Elisa Frisullo

excellence Avec cette rénovation, Lyon pourra prétendre au titre de centre international de médecine légale et de police scientifique. Une volonté confortée par la présence à Lyon du siège d’Interpol et de la police scientifique.