Le canton, une affaire d'hommes

F.C.

— 

Le conseil général du Rhône va t-il se féminiser à l'issue des élections cantonales des 20 et 27 mars? Il y a peu de chance. Sur les 170 personnes qui ont fait acte de candidature jusqu'à lundi auprès de la préfecture du Rhône pour ce scrutin, seulement 45 sont des femmes, soit un peu plus d'un quart.

«On est encore très loin de la parité. Et peu de femmes sont investies par leur formation dans un canton gagnable», regrette une candidate. Depuis la dernière élection de 2004, neuf femmes siègent à l'assemblée départementale au côté de 45 hommes, soit environ 16%. Depuis, la loi du 31 janvier 2007 sur la parité est passée par là, mais sans grand impact sur les conseils généraux. Les nouvelles règles pour les élections cantonales précisent que chaque candidat devra se présenter devant les électeurs en binôme avec un remplaçant, obligatoirement de sexe opposé.

Les 125 remplaçantes du Rhône ne pourront siéger que si le candidat élu est frappé par le cumul des mandats ou décède au cours de son mandat.