Pollution en Rhône-Alpes: les automobilistes vont devoir lever le pied plus souvent

POLLUTION De nouvelles normes de qualité de l'air sont entrées en vigueur mercredi...

C.B.

— 

Réduire la pollution atmosphérique est l'un des objectifs du plan en Paca.
Réduire la pollution atmosphérique est l'un des objectifs du plan en Paca. —

La chasse au dioxyde d’azote et aux particules fines est ouverte. Depuis mercredi, le seuil d’information et de recommandation des épisodes de pollution a été abaissé de façon significative en Rhône-Alpes. L’objectif affiché de la préfecture est de limiter les risques sanitaires. Mais aussi de s’adapter à la réglementation européenne et d’éviter à terme de lourdes amendes.

Des alertes déclenchées beaucoup plus tôt

«Au lieu d’avoir une dizaine de jours de dépassement du seuil d’information en hiver, il y en aura une quarantaine, explique Nicolas Vigier, ingénieur au Coparly, qui mesure la pollution atmosphérique dans le Rhône. Ce qui signifie que les alertes seront déclenchées beaucoup plus tôt.»

Les automobilistes devraient donc être contraints de réduire leur vitesse de 20 km/h sur les routes et autoroutes plus souvent. «Lorsqu’il s’agit d’une recommandation, l’impact est très faible sur le trafic, reconnaît Nicolas Vigier. En revanche, dès qu’il y a interdiction, cela permet de pouvoir repasser en dessous des seuils.» Mais les automobilistes ne sont pas les seuls responsables. Les veilles installations de chauffage sont un gros point noir pour la pollution atmosphérique en hiver.

Dès ce jeudi, en raison de ces nouvelles normes, le dispositif de recommandation et d’information était activé dans le bassin lyonnais et le Nord-Isère.

>> Retrouvez l'intégralité de l'actualité lyonnaise par ici.