Les multiplexes de l'agglomération lyonnaise font salle comble

CINEMA Selon une étude, les Lyonnais n'ont jamais autant vu de films sur grand écran depuis 30 ans...

Carole Bianchi
— 
L'ouverture du multiplexe Pathé au Carré de Soie à Vaulx-en-Velin en 2009 a fait grimper la fréquentation globale.
L'ouverture du multiplexe Pathé au Carré de Soie à Vaulx-en-Velin en 2009 a fait grimper la fréquentation globale. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Avec sept millions d'entrées en 2009, les habitants du Grand Lyon sont allés en masse au cinéma. Et ce record, jamais atteint depuis 30 ans, devrait être dépassé en 2010 avec une estimation de fréquentation évaluée entre 7,5 et 7,7 millions d'entrées, selon une étude de l'Observatoire du cinéma de l'agglomération qui vient de paraître.

>> Avec l'UGC Confluence, Lyon rattrape Bordeaux. A lire par ici.

Si cette tendance est nationale, elle s'explique à Lyon par l'ouverture en avril 2009 du Pathé Carré de Soie, à Vaulx-en-Velin, suivie de l'extension du cinéma de proximité Gérard-Philipe à Vénissieux. «L'offre des nouveaux cinémas trouve des spectateurs, le multiplexe correspond à de nouvelles pratiques, analyse Nadine Gelas, vice-présidente en charge de l'Economie et du rayonnement au Grand Lyon. Mais on peut encore faire mieux. Il est important d'aider les cinémas de proximité à se démarquer des multiplexes.»

«Des spectateurs moins curieux»

Car les multiplexes de périphérie raflent la mise en terme de fréquentation (+25% entre 2008 et 2009), contre -8,8% sur la même période pour les cinémas d'art et d'essai de l'hypercentre, frappés par la fermeture de l'Odéon. «Et les chiffres de 2010 ne sont globalement pas bons, atteste Juliette Boutin, coordinatrice du Groupement d'actions cinématographiques (Grac). On devrait atteindre les -10%. Chaque salle réagit avec la mise en place d'animations, mais le spectateur est de moins en moins curieux et va chercher le film que tout le monde va voir.»

Certaines salles comme Le Zola ou celle d'Ecully ont toutefois réussi à se maintenir en 2010 avec 18.000 entrées. «Notre plus gros problème, c'est la concurrence avec les multiplexes sur l'accès aux copies. On les obtient beaucoup trop tard pour bénéficier du buzz lié à la sortie des films», regrette Rodolphe Girard, de l'Ecully cinéma.

>> Retrouvez l'intégralité de l'actualité lyonnaise par ici.

ECRANS NUMERIQUES
Quelque 36% des écrans de l'agglomération, soit 51 sur 143, possèdent un projecteur numérique, contre 28% pour la moyenne nationale. Les multiplexes sont les mieux équipés avec 45 salles dotées de la technologie 3D. Quatre cinémas de proximité et le Comœdia ont aussi investi.