Lyon: Pierre Sang Boyer, un chef qui veut être au top

TELE Le cuisinier des Muses de l'Opéra, à Lyon, est un sérieux concurrent de l'émission Top Chef sur M6...

Carole Bianchi

— 

Pierre Sang Boyer vient de reprendre les fourneaux des Muses de l'Opéra.
Pierre Sang Boyer vient de reprendre les fourneaux des Muses de l'Opéra. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Pierre Sang Boyer reconnaît avoir eu la chance de croiser de «bonnes étoiles» sur son chemin. A 30 ans, le tout nouveau chef du restaurant de l'Opéra de Lyon (1er) est l'un des sérieux concurrents de la deuxième édition de l'émission Top Chef sur M6 qui débute ce lundi soir à 20 h 45.

Ce jeune passionné, né en Corée du Sud puis adopté à l'âge de 7 ans par une famille auvergnate, a d'abord appris la cuisine traditionnelle française aux côtés de sa mère et de ses grands-parents. «Je garde ses souvenirs de dimanches passés en famille autour de la table à se régaler», raconte-t-il.

Retour en Corée

Après ses études au Puy-en-Velay puis à Montpellier, dont il a gardé l'accent du sud, Pierre veut voyager. Il pose ses valises à Londres où il se sent comme «un poisson dans l'eau» à travailler dans des établissements étoilés. «C'est un peu notre Jamie Oliver [jeune chef anglais célèbre] français, avec ses baskets et ses sweat-shirts, s'amuse l'une de ses amies, Tabata Bonardi, ex-chef chez Le Bec. Mais derrière cette décontraction, Pierre est déterminé. Sur son ordinateur, il a archivé plus de 5. 000 photos de tous ses plats.»

>>Retrouvez l'intégralité de l'actualité lyonnaise par ici.

Pour Top Chef, c'est encore une histoire de bonne étoile. «Un ami d'enfance m'a inscrit, explique Pierre. Je n'ai jamais fait de compétition, mais j'ai la niaque. Et mon profil atypique a plu.» A 25 ans, le jeune homme est retourné dans son pays d'origine. «Ce retour en Corée m'a bouleversé. Si j'ai fait un black-out sur la langue, la mémoire du goût a fonctionné. Des saveurs me sont revenues comme les bonbons au sésame…»

De ses deux cultures, Pierre en fait aujourd'hui un savoureux mélange, comme lorsqu'il agrémente son carpaccio de magret de canard de pousses de soja et d'éclats de cacahuètes. Plutôt qu'une étoile au Michelin, le chef rêve de se mettre à son compte. Et pourquoi pas à Lyon. «J'apprends pour le moment à décrypter les goûts des Lyonnais. Et j'ai l'impression qu'ils aiment beaucoup le gingembre, non?»

>>Les émissions culinaires, vous adorez ou vous détestez? Dites-le nous dans les commentaires ci dessous.


EMISSION
Après la première saison de Top Chef, «des milliers de jeunes professionnels se sont présentés au casting national», indique M6. A l'issue des sélections, 14 d'entre eux ont été retenus pour l'émission et seront jugés par de prestigieux chefs comme Thierry Marx sur des épreuves où ils devront par exemple sublimer des pâtes.