Devant le lycée La Martinière-Monplaisir, à Lyon, élèves et profs ont organisé une vente aux enchères symbolique de leurs outils pour dénoncer la réforme des filières technologiques. Le 13 décembre 2010.
Devant le lycée La Martinière-Monplaisir, à Lyon, élèves et profs ont organisé une vente aux enchères symbolique de leurs outils pour dénoncer la réforme des filières technologiques. Le 13 décembre 2010. — E. FOUDROT/ 20 MINUTES

EDUCATION

Un lycée technologique de Lyon met aux enchères son matériel pour dénoncer une réforme

Selon les enseignants, la réforme prévoit une diminution drastique des heures de travaux pratiques...

Casques et gilets de chantier sur le dos, les profs et élèves et du lycée technologique La Martinière-Monplaisir (8e) ont vendu leurs outils de travail.

A l’occasion d’une mise aux enchères symbolique organisée ce midi devant l’établissement pour dénoncer la réforme des filières technologiques, qui signerait, selon eux, «la mise à mort de l’enseignement technique» dès son application à la rentrée prochaine.

«Des millions d’euros de matériels qui sont condamnés»

Les heures de travaux pratiques seraient notamment réduites. «Ce sont des millions d’euros de matériels qui sont condamnés, déplore Christian Lesaux, professeur de génie-civil. Toute spécificité pédagogique sera perdue, le bac STI deviendra un bac scientifique toutes disciplines.»

Les syndicats s’inquiètent de «l’absence de programmes concrets à moins d’un an» de l’application de la réforme et réclament son retrait. Une délégation d’enseignants doit être reçue vendredi au rectorat de Lyon.