Le sud-ouest lyonnais se protège des crues

INONDATIONS Lancement de l'enquête publique sur les aménagements des berges de l'Yzeron...

Sandrine Boucher

— 

L'Yzeron, qui traverse Oullins, est une petite rivière capable de faire de gros dégâts.
L'Yzeron, qui traverse Oullins, est une petite rivière capable de faire de gros dégâts. — E. FOUDROT/ 20 MINUTES

Se protéger des crues de l'Yzeron et retrouver une rivière plus naturelle. Le projet de lutte contre les inondations de ce cours d'eau du sud de Lyon entre ce lundi dans sa phase officielle, avec le lancement de l'enquête publique sur six communes (Sainte-Foy-lès-Lyon, Tassin, Craponne, La Mulatière, Oullins, Francheville).

Les aménagements prévus, sur 4,5 kilomètres de rives, doivent permettre de faire face à une crue trentennale, comme celle de décembre 2003: élargissement du lit de la rivière où c'est possible, renaturation des rives, endiguement dans les zones très urbanisées. Le budget est de 12 millions d'euros, pour un début des travaux espéré début 2012.

«Réparer les erreurs passées»

«C'est la première fois en France qu'une rivière va reprendre ces droits au détriment d'une voirie», observe Stéphane Guérin, directeur du syndicat intercommunal du bassin de l'Yzeron (Sagyrc). La RD42, à Sainte-Foy-lès-Lyon (2x2 voies) sera ainsi réduite à une seule voie dans chaque sens. A Oullins, l'«abominable» digue en béton, selon le mot du sénateur-maire François-Noël Buffet (UMP), construite dans les années 50, sera remplacée par une promenade publique végétalisée. «On investit aujourd'hui pour réparer les erreurs d'appréciation commises dans le passé», observe Maurice Guibert, le président du syndicat. Certains seuils seront également supprimés pour permettre la migration des poissons.

«Les priorités ne sont plus les mêmes. Avant, on voulait contraindre les rivières, aujourd'hui, on cherche à vivre avec la nature», précise René Lambert, maire PS de Francheville. Le Sagyrc négocie depuis le début de l'année avec les 70 propriétaires privés des rives, afin de racheter leurs terrains. Un accord a déjà été trouvé avec 10% d'entre eux. Dans un deuxième temps, ce projet prévoit la construction de deux barrages écrêteurs de crues, l'un de 11m, à Tassin-la-Demi-Lune, l'autre de 23m, à Francheville. Ils resteront «secs», sauf en cas de crue évidemment. Le plus grand sera capable de retenir jusqu'à un million de mètres cubes. Ces ouvrages, soumis à des procédures longues et lourdes, toujours en cours, sont conçus pour «encaisser» des crues centennales. Ces travaux seront lancés, au mieux, en 2014-2015.

CRUES REGULIERES
La violente crue de l'Yzeron, en 2003, avait touché 700 personnes, pour un préjudice d'environ 10 millions d'euros. Des inondations moins graves ont lieu presque chaque année. Celle de septembre vient d'être reconnue catastrophe naturelle.