Médecin mort et ligoté à Lyon: un vol qui tourne mal?

FAIT DIVERS Le généraliste a été découvert dans son cabinet, par l'une de ses patientes...

A Lyon, C.B.

— 

Le médecin lyonnais Guy Perrot avait été retrouvé mort, ligoté, à son cabinet le 23 novembre 2010.
Le médecin lyonnais Guy Perrot avait été retrouvé mort, ligoté, à son cabinet le 23 novembre 2010. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

La piste d'un toxicomane en manque ou celle d'un vol qui tourne mal sont sérieusement étudiées ce mercredi soir après la découverte du corps ligoté de Guy Perrot. Ce généraliste bien portant âgé de 69 ans a été retrouvé mort,  mardi soir, dans son cabinet, par l'une de ses patientes.

Couché sur le ventre, il était bâillonné, avait les pieds entravés de fil électrique, les bras et les mains entourés de bandelettes médicales. L'autopsie a conclu à un arrêt cardiaque, dû à une situation de stress et à une mauvaise ventilation. Le médecin serait mort quelques dizaines de minutes avant la découverte du corps, à 18h30.

Plusieurs milliers d'euros dérobés

Son cabinet médical qui se trouve rue Paul-Bert (3e), dans le quartier de la gare de la Part-Dieu, «a été fouillé, a souligné le procureur de la République de Lyon Marc Désert. Une somme d'argent, vraisemblablement plusieurs milliers d'euros, a été dérobée».

La clientèle de ce libéral est constituée en grande majorité «de toxicomanes et de marginaux. Ce qui l'expose davantage», a précisé le magistrat. Aucune trace d'effraction n'a été constatée. Guy Perrot n'avait pas l'habitude de fermer sa porte. Selon le procureur de la République, «les traces digitales et biologiques, prélevées par le service régional d'identité judiciaire, vont être analysées en urgence».

Les habitants de l'immeuble ont été pour la plupart auditionnés, et les rendez-vous du médecin épluchés

«Chaque année, plusieurs médecins assassinés pour des raisons crapuleuses»

Les syndicats de médecin généralistes MG 69 et MGFrance Rhône-Alpes dénoncent avec «la plus extrême vigueur le meurtre dont a été victime à Lyon le Docteur Guy Perrot dans l'exercice de son métier». Dans un communiqué, ils rappellent que «chaque année, plusieurs médecins libéraux sont assassinés dans le cadre de leur exercice pour des raisons crapuleuses et des malades mentaux» et renouvellent leur demande d'aide aux mesures de sécurisation des cabinets libéraux.

>> L'intégralité de l'actualité lyonnaise à lire par ici.