Le beaujolais nouveau perce en Russie

ECONOMIE De nouveaux marchés sont explorés pour le primeur, lancé mercredi à minuit...

A Lyon, C.B.
— 
Des milliers de personnes ont célébré mercredi soir l'arrivée du Beaujolais nouveau en participant à la fête des Sarmentelles de Beaujeu, au coeur de la région viticole où mûrit le vin primeur le plus connu au monde, avant le percement à minuit des premiers tonneaux.
Des milliers de personnes ont célébré mercredi soir l'arrivée du Beaujolais nouveau en participant à la fête des Sarmentelles de Beaujeu, au coeur de la région viticole où mûrit le vin primeur le plus connu au monde, avant le percement à minuit des premiers tonneaux. — Fred Dufour AFP

La Russie, nouvel eldorado pour le beaujolais nouveau? Certains y croient. D’autres moins. Le nombre de bouteilles de primeur exportées a toutefois bondi de 119% entre 2008 et 2009.

>> Quel goût a le beaujolais nouveau 2010 ? A lire par ici.

Le pape du beaujolais, Georges Duboeuf, qui a fait connaître le vignoble a l’étranger, n’a pas hésité à y investir davantage cette année pour capter une clientèle haut de gamme. «Traditionnellement, nous organisons une soirée à Moscou, explique Bernard Georges, responsable de l’export chez Duboeuf. Mais cette fois, nous serons présents dans les grands restaurants de quarante-trois villes du pays, jusque dans l’Oural.»

L’Asie également explorée

Selon lui, le millésime 2009, qualifié d’historique, a permis de booster les ventes à l’étranger. «Nous venons de vendre 10.000 caisses de primeur en Russie, contre 6.000 l’an passé», assure-t-il.

L’Interprofession n’a pas la même stratégie. Elle mise sur des destinations comme la Corée du Sud ou Taïwan, qui enregistrent pourtant des progressions à l’export de moins de 10%.

Le «vin pas prêt de remplacer la vodka»

«Il y a un potentiel en Russie, mais la majorité des consommateurs cherchent plutôt des vins de table, vendus très bas», justifie Anthony Collet, directeur marketing de l’Interbeaujolais, organisme de promotion du vignoble. «Le vin n’est pas prêt de remplacer la vodka ou la bière, reconnaît Rovshan Safarov, responsable d’eLigne, agence d’export et de conseil sur le marché russe. Mais l’événement du beaujolais nouveau est idéal pour s’implanter. Encore faut-il bien expliquer aux Russes comment bien choisir et déguster son vin».