Une enquête ouverte à Lyon sur deux policiers qui portaient des autocollants de la CGT

POLICE Le préfet du Rhône, Jacques Gérault, a saisi la direction générale de la police nationale...

A Lyon, C.B. et F.C.

— 

Un écusson CGT d'un militant lors de la manifestation interprofessionnelle du 19 octobre 2010 à Lyon.
Un écusson CGT d'un militant lors de la manifestation interprofessionnelle du 19 octobre 2010 à Lyon. — E. FOUDROT / 20 MINUTES

Les faits sont avérés. Le préfet du Rhône Jacques Gérault a annoncé mercredi soir qu’il avait saisi la Direction générale de la police nationale (DGPN) pour ouvrir une enquête sur la présence de deux policiers en exercice qui arboraient des autocollants de la CGT lors de la manifestation du 19 octobre contre la réforme des retraites à Lyon.

«Il s’agit de voir si ces infiltrations sont conformes à la déontologie de la police. Ces méthodes ont toujours divisé. Mais il n’y a rien d’insultant à cela. Les policiers ne vont quand même pas venir avec des casques équipés de gyrophares», a indiqué le préfet, précisant que ces deux policiers «avaient sauvé des vies par le passé lors d’une prise d’otage et ont été décorés plusieurs fois pour acte de décourage et de dévouement».

Une vidéo des policiers badgés CGT circule sur le net

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, avait dénoncé mercredi matin dans Libération «la présence de policiers en exercice camouflés sous des badges syndicaux» et l'action de «manipulateurs» qui «poussent au crime» dans les manifestations contre la réforme des retraites. Cette présence, «à Lyon et à Paris, ne fait aucun doute», avait déclaré le leader syndical selon qui «on a vu des policiers avec des badges CGT repérés par les nôtres, qui se réfugient dans un hall d'immeuble, et finissent par se faire exfiltrer par des CRS».


Manifestation Lyon 19/10/10 : la CGT infiltrée par la police
envoyé par RebellyonTV. - L'actualité du moment en vidéo.

 

Selon cette vidéo publiée par  le site Rebellyon.info, des personnes dont les blousons portaient des autocollants CGT étaient entrées dans un hall d’immeuble place Bellecour, visiblement pour procéder à des interpellations. Elles en étaient ressorties quelques minutes plus tard, avec des brassards de police, sous la protection de gendarmes mobiles. Des pompiers de la CGT étaient intervenus pour leur retirer leurs autocollants.