Le mouvement jeune en vacances

anne dory

— 

E. FIOUDROT / 20 MINUTES

Seules 250 personnes, dont une moitié de jeunes, environ, se sont réunies, hier. Le collectif « la retraite une affaire de jeunes » espérait mobiliser malgré les vacances scolaires, mais les lycéens et les étudiants étaient peu nombreux à répondre à son appel, hier. Le comité, qui réuni l'UNEF, l'Union National Lycéenne (UNL) et les jeunes de différents partis de gauche, avait fixé un rendez-vous devant le siège de l'UMP, rue Edouard Herriot (2e), à 14 h. Seules 250 personnes, dont une moitié de jeunes, environ, se sont réunies. « C'est sûr que c'est plus difficile de mobiliser pendant les vacances, explique Yannis Burgat, président de l'UNEF du Rhône, mais on voulait montrer par une action symbolique que le mouvement ne s'arrête pas ».

Préparer la rentrée
Les syndicats lycéens et étudiants, qui refusent de parler d'un essoufflement de la mobilisation, travaillent déjà à l'organisation de la rentrée. « On ne demandait qu'une chose, c'était le dialogue et le gouvernement a choisi de faire passer la loi en force. On va tout faire pour que la mobilisation reprenne », assure Kevlin Mounard, représentant de l'UNL. Les organisations de jeunesses appellent à joindre les cortèges intersyndicaux prévus les 28 octobre et 6 novembre et veulent continuer à soutenir les grévistes. Les représentants des cheminots se sont joints au mouvement. « C'est la convergence des luttes qui permettra de faire plier le gouvernement, affirme Stéphane Boulade de SUD-Rail, j'entends dire tous les jours que le mouvement faiblit mais il y a quand même des actions quotidiennes ». Des employés en grève de la raffinerie Total de Feyzin étaient également présents. Leur mouvement se poursuivra, au moins, jusqu'à vendredi.