Le mouvement jeune cherche à s'organiser

Anne Dory

— 

Les lycéens ont défilé sous les mêmes banderoles que les étudiants lyonnais.
Les lycéens ont défilé sous les mêmes banderoles que les étudiants lyonnais. — E. FOUDROT / 20 MINUTES

Peu avant le départ de la manifestation place Ambroise Courtois (8e), des lycéens courent pour rejoindre la foule des manifestants lyonnais (18 500 selon la police, 45 000 d'après les organisateurs). Ce sont des élèves des lycées Colbert (8e), Martinière-Duchère (9e), Martinière-Montplaisir (8e) Saint-Exupéry (4e), et du Parc Chabrières à Oullins. « On est 30 à être venus en transport en commun pour manifester, explique Judicaël, élève à Chabrières et membre de l'Union nationale lycéenne (UNL), on n'a pas envie de se dire qu'à 40 ans on sera au chômage et qu'on vivra encore chez nos parents ». Pour l'instant le mouvement lycéen est pour le moins désordonné. En tout, hier, une dizaine de lycées, sur les 237 que compte l'académie, ont été perturbés.

Un blocus des lycées prévu jeudi
Deux cents élèves ont bloqué les portes du lycée Colbert pendant deux heures, avant de faire le tour des autres établissements pour inciter leurs camarades à les suivre. « Ca fonctionne par bouche à oreille, on a tous des amis dans un lycée et on se coordonne par téléphone », témoigne Kelvin, représentant de l'UNL. Mais la mobilisation ne devrait pas en rester là. « On va tenter de lancer un gros mouvement jeudi et de bloquer un maximum d'établissements, et une assemblée générale aura lieu lundi », assure Kelvin. Les lycéens ont uni leur voix à celle des étudiants sous une banderole commune : « la retraite est une affaire de jeunes, non à la réforme ». Les représentants de Lyon-II étaient les plus nombreux dans le cortège, mais des étudiants de toutes les universités lyonnaises ont participé à la manifestation. « La rentrée a eu lieu tard et ce n'est pas une période idéale pour mobiliser, constate Yannis Burgat, représentant de l'Union nationale des étudiants de France (Unef) à Lyon-II, mais aujourd'hui il y a beaucoup plus de monde et on va organiser de nouvelles AG ». Des étudiants de l'Institut d'études politiques sont également mobilisés. « On se lance dans un mouvement de longue haleine », affirme Léa étudiante en 4e année.

Grève

Le mouvement se poursuit aujourd'hui à la SNCF. Les cheminots de Perrache ont voté la reconduite de la grève, hier, lors d'une assemblée générale. Le trafic ferroviaire est perturbé, seuls un TER sur deux circule, mais aucun ne relie Lyon à Chambéry et la ligne Lyon-Grenoble tourne au ralenti. Seul un tiers des TGV fonctionnent dans la région. Les cheminots décideront de la poursuite du mouvement lors d'une assemblée générale prévue à 15 h Rens. : www.sncf.com