Le port Edouard-Herriot à la pêche aux idées

Sandrine Boucher

— 

L'opération Port ouvert/Portes ouvertes va permettre au public de redécouvrir ce site.
L'opération Port ouvert/Portes ouvertes va permettre au public de redécouvrir ce site. — E. FOUDROT / 20 MINUTES

L'espace est immense, son activité essentielle pour approvisionner la cité. Et pourtant Lyon ne connaît pas son port. « Lors de nos balades urbaines, les gens nous demandaient ce qu'il y avait derrière ces murs. Le port a marqué l'aménagement de l'agglomération, son développement vers l'est et le sud. Mais il est isolé, coupé du tissu urbain », observe Kathy Rossignol, de l'association Robins des villes, qui organise la journée Port ouvert/Porte ouverte demain. Visites en bateau, ambiances sonores, « cabines à souhaits » et « maquettes utopiques » : l'objectif est de faire découvrir l'activité portuaire, mais aussi de recueillir idées et réflexions sur le développement du site.

Fermé au public
« Le port Edouard-Herriot est au sein de la ville, mais il s'est un peu replié sur lui-même », constate Philippe Margherini, son directeur. « Nous voulons que Lyon se réapproprie son port, qu'il soit plus ouvert sur sa ville. C'est une démarche prospective, nous n'en sommes qu'au stade du brassage d'idées ». Le port ne va pas se transformer subitement en lieu de flânerie : placé, probablement pour un certain temps encore, sous le régime Vigipirate, il n'est aujourd'hui pas ouvert au public. La réflexion sur l'évolution du port va se prolonger tout au long de l'année, par des ateliers de travail avec les habitants du 7e arrondissement et de Saint-Fons. Les étudiants des écoles d'architecture, des Beaux-Arts, de l'Institut d'urbanisme et des Travaux Publics sont également mobilisés, pour imaginer des projets de réaménagement « faisables », précise Kathy Rossignol, notamment des abords. La découverte de ces sites industriels en bord de fleuve, appelée « Des rives en rêves » et proposée dans le cadre du Plan Rhône (un outil de gestion et de valorisation du fleuve) va se poursuivre. Le prochain appel à idées proposé par Robins des villes concernera la vallée de la chimie (2011-2012), puis Port Saint-Louis, dans les Bouches-du-Rhône (2012-2013). Un projet au long cours.

Le Premier

Le port Edouard-Herriot, achevé en 1938, et géré par la Compagnie nationale du Rhône (CNR), couvre 184 hectares au sud-est de Lyon, de Gerland à Saint-Fons. Il alimente l'agglomération en hydrocarbures, mais aussi en granulats, céréales, etc.C'est le premier port intérieur français pour le trafic de conteneurs. Il intègre tous types de transports, ferroviaire, routier, fluvial et par pipeline, ainsi qu'une activité de transformation.