Réforme des retraites: «Manifester un samedi, c'est une nouveauté»

SOCIAL Les syndicats espèrent mobiliser de nouvelles personnes en défilant un jour de week-end...

A Lyon, C.B.

— 

Des manifestants contre la réforme des retraites à Paris, le 23 septembre 2010.
Des manifestants contre la réforme des retraites à Paris, le 23 septembre 2010. — AFP PHOTO / PASCAL PAVANI

De mémoire de militants, une manifestation sur un thème aussi fédérateur que la réforme des retraites n'avait pas été organisée un samedi depuis de nombreuses années à Lyon. «C'est une nouveauté», concède même Gilbert Debard, délégué général de l'Unsa Rhône.

Après la journée de mobilisation du 23 septembre, qui a rassemblé dans la ville entre 18.000 personnes, selon la police, et 36.000, selon les syndicats, ces derniers espèrent faire venir des «nouveaux» dans une «ambiance familiale».

Les transports peu perturbés

«Il y a encore beaucoup de personnes qui n'ont pu participer aux derniers défilés car le droit de grève n'est pas totalement respecté partout», estime Jean-Luc Autef, membre de la commission exécutive CGT Rhône. Selon lui, les 50.000 tracts imprimés pour la manifestation sont partis en trois jours de temps. «Il y a un besoin d'information», poursuit le militant.

 Dans les transports en commun lyonnais, l'appel à la grève a été peu suivi. Le métro fonctionnera normalement et les bus rouleront à 98%. Seul le trafic des T1, T2 et de la ligne 8 sera perturbé en raison du passage du défilé qui prendra fin place Bellecour (2e). A la SNCF, les syndicats ont uniquement lancé un appel à la manifestation.

«On s'appuie sur le 2 octobre pour que la mobilisation du 12 octobre soit encore amplifiée, note Marie-Jo Piégay, secrétaire générale de la CFDT Rhône. Aujourd'hui, la réforme devient très concrète pour des personnes qui devaient partir à la retraite en 2012 et qui se prennent huit mois de plus dans la vue.»