Braquage d'un bureau de change à Lyon: un suspect avoue

ENQUETE Mais l'important butin n'a toujours pas été retrouvé...

avec AFP

— 

Cinq malfaiteurs ont braqué un bureau de change en plein après-midi, vendredi.
Cinq malfaiteurs ont braqué un bureau de change en plein après-midi, vendredi. — CORRES / AFP

Deux individus soupçonnés d'avoir participé au braquage d'un bureau de change vendredi dans le centre de Lyon ont été interpellés «ce week-end» et doivent être présentés ce mercredi au parquet de Lyon en vue de leur mise en examen.

L'un d'entre eux, en liberté conditionnelle après une condamnation pour un vol à main armée, a reconnu avoir participé au braquage lors de sa garde à vue. «Il a fourni un alibi, puis a fini par avouer avoir meulé la porte du bureau de change avec une disqueuse thermique», a indiqué son avocat, David Metaxas. Le suspect, un éducateur sportif en formation et père de famille âgé de 27 ans, a été arrêté à son domicile à Rillieux-la-Pape, dans le Rhône, samedi. «Il était surveillé par la police dans le cadre d'un précédent braquage», a précisé l'avocat. L'autre individu arrêté n'aurait joué qu'un rôle périphérique.

La police «attendait le flagrant délit»

Les malfaiteurs avaient ensuite pris la fuite à bord d'une Mercedes gris métallisé, emmenant avec eux un jeune homme pris en otage, qu'ils ont relâché quelques centaines de mètres plus loin. Croisant une patrouille de police, les braqueurs avaient ouvert le feu pour protéger leur fuite, et une balle avait légèrement blessé un automobiliste quelques mètres plus loin. Ils ont ensuite incendié la Mercedes, qui était volée, avant de disparaître à bord d'un autre véhicule qu'ils avaient pris soin de «planquer», selon une source proche de l'enquête.

«Tous les suspects étaient filé par la police. Elle les a vu partir sur les lieux des braquages. Elle savait qu'ils étaient armés et déterminés car déjà condamnés à plusieurs reprises et attendait le flagrant délit», déplore l'avocat David Metaxas.

Le 15 juillet 2010, une bijouterie avait déjà été braquée dans le centre de Lyon par un ou plusieurs malfaiteurs qui avaient légèrement blessé par balle l'un des employés, avant de prendre la fuite, et une dizaine de vols à main armée avaient été commis les mois précédents dans la région lyonnaise.