Les marchés de l'après-midi poussent comme des champignons

carole bianchi

— 

Le marché de l'après-midi du quai Augagneur (3e) a été lancé la semaine dernière avec une cinquantaine de commerçants.
Le marché de l'après-midi du quai Augagneur (3e) a été lancé la semaine dernière avec une cinquantaine de commerçants. — E. foudrot / 20 minutes

« Et voilà une salade fraîche coupée du matin ! » A peine sorti du boulot, Didier, 39 ans, s'est laissé tenter par quelques légumes et de jolies framboises pour le repas du soir. Il rentrait chez lui à Vélo'v lorsqu'il est tombé « par hasard » sur le nouveau marché alimentaire d'après-midi du quai Augagneur (3e), lancé jeudi dernier de 15 h à 19 h. « C'est parfait ! Le matin, on n'a pas le temps ou pas forcément envie. Les modes de vie ont changé et ça colle mieux à nos horaires », souligne ce chargé de relations publiques.
Pierre, producteur des Monts du Lyonnais, acquiesce.« Les gens ne font plus les marchés la semaine. Et j'aimerais bien arrêter de travailler le dimanche pour pouvoir profiter de mes enfants. Alors on a saisi l'opportunité. Pour une première, les clients semblent très réceptifs ». Forte du succès du marché des producteurs de la place Carnot (2e) lancé en 2007, le mercredi après-midi, la ville de Lyon souhaite mener l'expérience quai Augagneur pendant un an. Et mise sur quelques stands de plats préparés pour attirer davantage les moins de 30 ans, qui représentent selon elle, 65 % de la clientèle des marchés. « Je ne m'attendais pas à ce choix de snacks, souligne Elisabeth, étudiante. Une part de paella pour le soir même, c'est pratique quand on sort des cours. »
La ville de Caluire-et-Cuire, qui inaugure son premier marché du soir mardi prochain, a choisi le créneau 16 h-20 h pour dynamiser le centre-ville. « Il y avait une forte demande des commerçants et des habitants. Nous avons choisi un axe de passage pour capter les actifs de retour du travail, mais aussi les sorties d'écoles », souligne Grégory Morel, chargé de mission pour l'animation du centre-ville de Caluire.

Proximité et prix attractifs
Selon l'Association pour le développement et la promotion des marchés (ADPM), cette nouvelle offre « de proximité en plein air », qui propose des « prix attractifs », a sa place en ville. « Des études montrent que 70 % des gens estiment avoir plus de temps pour faire leurs courses le soir, souligne Jézabel Breton, porte-parole de l'ADPM. Les grandes surfaces l'ont bien compris en ouvrant jusqu'à 22 h. » Pour autant, selon les professionnels, un nouveau marché prend du temps à s'inscrire dans les habitudes des consommateurs. D'où l'intérêt d'adapter les horaires. A Vaulx-en-Velin, où un marché bio se tient le vendredi après-midi depuis avril, les producteurs locaux sont présents de 12 h à 18 h. « Les actifs viennent sur leur pause déjeuner pour faire leur courses. Ca fonctionne très bien », analyse la porte-parole de l'ADPM.

Rhône

L'Association pour le développement et la promotion des marchés a recensé une trentaine de marchés d'après-midi ou du soir dans le Rhône. Parmi eux, une dizaine se tient dans l'agglomération lyonnaise. Ce qui reste peu par rapport aux 350 marchés organisés chaque semaine dans le département. Si l'expérience du quai Augagneur est positive, la ville de Lyon envisage de l'élargir à quatre autres quartiers : Montchat, Monplaisir, Croix-Rousse et dans le 9e arrondissement.