keolis conserve le volant du réseau TCL

Frédéric Crouzet

— 

Un vote sans grande surprise. Les 26 élus du Syndicat des transports de l'agglomération lyonnaise (Sytral) ont décidé hier à l'unanimité (moins une abstention) de confier à nouveau l'exploitation du réseau TCL à Keolis pour une durée de six ans. L'offre déposée par cette filiale de la SNCF, pour un marché de deux milliards d'euros, a été préférée à celle de ses principaux concurrents français, Transdev et Veolia Transports. Elle était arrivée en tête d'un premier classement établi par le président du Sytral, Bernard Rivalta (PS), avant le vote.

Davantage de recettes
« Choisir a été une épreuve cruelle. Les offres étaient proches », a souligné Bernard Rivalta. Keolis, qui exploite le réseau lyonnais depuis plus de vingt ans, a cependant obtenu les faveurs du Sytral en s'engageant à développer davantage de recettes que ses concurrents et à réduire le déficit à 771 millions d'euros (809 millions pour Veolia). « Mais la gestion sociale de Keolis n'a pas été tout à fait exemplaire », a relevé Béatrice Vessiller. L'élue des Verts, qui s'est abstenue, faisait référence aux longues grèves d'octobre dernier. « Il y a des efforts à faire sur les discussions avec les personnels pour que le réseau fonctionne au mieux », a lancé le maire de Lyon, Gérard Collomb (PS), à Bernard Tabary, directeur de Keolis Lyon.