La fermeture de la friche RVI ne passe pas

— 

A un mois de la fermeture annoncée de la friche RVI, les soutiens aux artistes en résidence dans cet espace de 30  000 m2 continuent. Le Syndicat national des arts vivants (Synavi) Rhône-Alpes vient de demander à la mairie de Lyon « un moratoire sur cette désoccupation » prévue le 1er juillet, le temps qu'un lieu permettant de reloger les 120 occupants de l'avenue Lacassagne soit trouvé. Début juin, la mairie de Lyon avait annoncé que les artistes seraient provisoirement relocalisés dès la rentrée dans une ancienne usine de 3 500 m2 rue Lamartine. « Cette proposition est insuffisante. La ville n'entend-elle reloger qu'une partie des artistes de la friche malgré l'engagement pris ? » s'interroge le Synavi, qui demande la tenue rapide d'une réunion de concertation entre tous les acteurs concernés. Pour justifier cette surface d'accueil réduite, le maire du 3e, Thierry Philip (PS), avait expliqué début juin : « On doit garder les artistes qui font de l'art et se débarrasser du reste. » Affaire à suivre.E. F.