calendrier serré pour l'OL Land

Frédéric Crouzet

— 

Le fiasco de l'équipe de France à la Coupe du monde de football a regonflé les adversaires du Grand stade. Réuni hier à Meyzieu, le collectif d'élus de l'agglomération opposés à la construction de l'OL Land à Décines a une nouvelle fois dénoncé « ce projet privé qui va nécessiter 300 millions d'euros d'argent public au nom du foot business ». « On voit où conduisent les dérives du football. Mais les incompétents de la Coupe du monde sont les mêmes qui ont monté le dossier de l'Euro 2016 », déplore le député UMP Philippe Meunier.

« La France sera encore ridicule »
Prévu pour être livré en 2014, date limite fixée par l'UEFA pour accueillir des matches de l'Euro 2016, l'OL Land et son stade de 60 000 places n'ont pas encore leur permis de construire. Plusieurs recours ont déjà été déposés et d'autres sont en préparation pour retarder ou annuler ce projet. Gérard Collomb, président PS du Grand Lyon, et Jean-Michel Aulas, patron de l'OL, comptent désormais sur les ordonnances prévues par le gouvernement pour accélérer les procédures de construction des nouveaux stades. « Mais cela n'effacera pas les recours », indique Philippe Meunier, également prêt à saisir le conseil constitutionnel sur la question de l'intérêt général des stades privés. « Le projet de Décines ne sera jamais prêt à temps. Si Lyon n'est pas au rendez-vous, c'est la France qui sera encore ridicule », s'inquiète le conseiller municipal de Lyon Emmanuel Hamelin (UMP). Ces élus de tous bords demandent donc à Jean-Michel Aulas de revoir sa copie et de privilégier un réaménagement du stade de Gerland. « Sinon, il aura droit à une guerre de tranchée », promet Etienne Tête (Verts).