Les commerçants et la ville en désaccord

carole bianchi

— 

Ils n'ont toujours pas trouvé de terrain d'entente. Alors que la ville de Lyon doit adopter lundi en conseil municipal de nouvelles règles pour les concessions des halles de Lyon (notre édition du 10 juin), les cinquante-huit commerçants du « ventre de Lyon » (3e) ont exprimé hier leur « inquiétude ». Leur loyer annuel doit passer de 199 € à 270 €/m2 sur dix ans, contre quinze actuellement. Mais ce qui coince surtout, c'est la remise en jeu du bail à chaque fin de contrat. Car jusqu'alors, tout se faisait sur tacite reconduction. « Une situation illégale », a rappelé le maire PS de Lyon Gérard Collomb, qui « ne veut plus vagabonder en dehors de la loi ».

Un bail de trente ans réclamé
Les commerçants, qui pour certains sont installés aux halles depuis des dizaines d'années, ont donc demandé à la ville de revoir sa copie. « Nous voulons un bail de trente ans à 219 €/m2 et sans appel d'offres, a déclaré Yanis Rousseau, président des commerçants. Sur dix ans, les banquiers ne nous feront pas confiance pour emprunter. Des petites boutiques vont disparaître et laisser place à des chaînes. » Gérard Collomb n'a pas pour autant transigé, expliquant que la qualité des commerces ne baisserait pas. « Trente ans, c'est impossible ! Ce serait immédiatement rejeté par la chambre régionale des comptes. »