Le sang d'encre des journalistes du «Progrès»

©2006 20 minutes

— 

A la rédaction du Progrès à Lyon, l'inquiétude a pris le pas sur l'incertitude de ces douze derniers mois

Le rachat annoncé du pôle Rhône-Alpes de la Socpresse par le groupe France Est-média (propriétaire de l'Est Républicain), qui devrait être officialisé aujourd'hui, suscite depuis vendredi des réactions mitigées chez les salariés

« A priori, il était préférable que nous soyons vendus à un groupe de presse plutôt qu'à un fond d'investissement, a réagi hier, sous couvert d'anonymat, un journaliste du quotidien régional Le Progrès

Mais, pour beaucoup d'entre nous, ce rachat n'ouvre en fait que des perspectives bien peu rassurantes en termes d'emplois », ajoute le journaliste

Une inquiétude d'autant plus vive qu'en devenant acquéreur du pôle Rhône-Alpes, (Progrès, Dauphiné libéré du Bien public, Journal de Saône et Loire, TLM), le groupe France Est média, associé au Crédit Mutuel, serait assuré d'avoir le quasi-monopole de la presse quotidienne régionale du Bas-Rhin au Vaucluse

« Il s'agit d'une inacceptable concentration dans la presse quotidienne régionale (

) qui constituerait une menace pour l'information dans son pluralisme et sa diffusion », a dénoncé samedi dans un communiqué le Syndicat national des journalistes

« Cette situation laisse la porte ouverte à la multiplication des synergies entre les différents titres

Cela va encore dans le sens des licenciements », note un journaliste de la rédaction lyonnaise

Lui est encore « marqué » par la cinquantaine de départs non remplacés qui a suivi il y a deux ans, la prise de contrôle de la Socpresse par Dassault

Autant de craintes, renforcées par la fragilité économique du groupe France Est Médias (endetté selon le SNJ à hauteur de 45 millions d'euros) auxquelles le comité d'entreprise extraordinaire prévu, aujourd'hui à l'Est Républicain pourraient apporter des réponses

Elisa Frisullo

offre L'offre retenue, située entre 270 et 280 millions d'euros l'aurait remporté sur celles du groupe espagnol Vocento et du fonds d'investissement britannique Mecom.