Le bouchon de Pierre-Bénite devrait sauter

Frédéric Crouzet

— 

C'est un bouchon bien connu des automobilistes qui circulent au sud de Lyon. Chaque matin, sur le pont de Pierre-Bénite qui enjambe le Rhône, les voitures arrivant de l'A450 ou du nord par l'A7 se retrouvent pare-choc contre pare-choc avant d'emprunter la bretelle qui rejoint le périphérique Laurent-Bonnevay. La faute à la route départementale 312, prolongeant la bretelle, qui passe de deux à une voie avant de s'insérer dans le périphérique à hauteur de Saint-Fons.

Chantier difficile
Le conseil général du Rhône, qui a la charge de l'entretien du boulevard périphérique Laurent-Bonnevay, a décidé de faire sauter ce bouchon. La route 312 va être élargie afin de faciliter l'accès des automobilistes au périphérique. Mais le chantier, qui va débuter en octobre, s'annonce complexe. « C'est une zone dans laquelle il y a peu de place. Et nous devons maintenir la piste cyclable le long de la RD312, une des rares qui permette de traverser le Rhône au sud de Lyon », explique Jean-Luc da Passano, vice-président du département en charge de la voirie. « Et il va d'abord falloir dévier les nombreux réseaux de gaz, d'électricité et de produits chimiques. Or on ne peut pas les faire passer sous la voirie », ajoute Pascal Raoul, directeur adjoint du service des routes du conseil général. Les premiers travaux de déviations de réseaux doivent débuter en octobre et le chantier devrait s'achever fin 2011 pour un montant de 2 millions d'euros. Il s'effectue en marge des colossaux travaux de rénovation des 14,5 km du périphérique, entrepris par le département depuis que l'État lui a transféré la gestion de cette voirie en 2006.

« Femme morte »

La situation s'améliore au lieu dit de la « Femme morte », un virage très dangereux du périphérique Laurent-Bonnevay à hauteur de Bron-Parilly. « Il n'y a pas eu d'accident mortel  depuis 2009 et nos interventions sont en baisse », indique la direction des routes du conseil général. D'importants travaux avaient été entrepris après le décès, en novembre 2007, d'une automobiliste tuée par un camion qui s'était couché sur sa voiture. La chaussée avait été changée et un système d'évacuation des eaux de pluie avait été mis en place. Ce virage en « S » bénéficie également d'une meilleure signalisation du danger. Et le radar installé dans le sens sud nord ne flashe plus les automobilistes à 90 km/h en amont, mais à 70 km/h à l'intérieur du virage.