Fête des lumières 2022 à Lyon : Un lancement sous le thème de la sobriété énergétique

C’est pas Versailles ici Si Lyon « est engagé dans un plan de sobriété » qui vise « à baisser de 10 % [ses] consommations énergétiques sur un an », pour le maire, allié Fête des lumières et économie d’énergie est possible

20 Minutes avec AFP
— 
Des piétons regardent la basilique Notre-Dame de Fourviere illuminée (arrière-plan) au moment où la ville de Lyon s'illumine pour l’avant-première de l’édition de la Fête des Lumières, à Lyon, le 7 décembre 2022..
Des piétons regardent la basilique Notre-Dame de Fourviere illuminée (arrière-plan) au moment où la ville de Lyon s'illumine pour l’avant-première de l’édition de la Fête des Lumières, à Lyon, le 7 décembre 2022.. — OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP

Sobriété énergétique et Fête des lumières, un paradoxe pour la municipalité écologiste ? « La Fête des lumières fait partie de l’ADN de la ville, pour nous c’est vraiment important de la maintenir », a soutenu le maire de Lyon, Grégory Doucet, qui prône par ailleurs les économies d’énergie pour sa ville cet hiver. Ce jeudi, ces festivités emblématiques de la capitale des Gaules prennent place dans un contexte de tension énergétique.

Sur place, deux millions de visiteurs, à 70 % originaires de la métropole lyonnaise d’après la mairie, sont attendus jusqu’à dimanche soir, curieux de découvrir les 30 œuvres présentées, dont 17 nouvelles collaborations, avec des artistes venus de France, d’Espagne, d’Italie ou du Congo.

Un engagement de 10 % d’économie d’énergie

Un champ de lucioles, un chat sorti du méta verse, des œuvres d’art qui chantent ACDC et Dalida… Cette année, la poésie et l’humour sont à l’honneur. Dans le centre, où un espace piétonnier favorise les déambulations nocturnes, ou dans le parc de la Tête d’Or, des œuvres lumineuses sont installées un peu partout, tandis que des bâtiments se transforment en écrans géants.

Mais surtout, pas d’écart : Lyon « est engagé dans un plan de sobriété », qui vise « à baisser de 10 % nos consommations énergétiques sur un an ». « On a déjà commencé en régulant les températures de chauffe (des bâtiments publics), en baissant l’éclairage public, y compris en éteignant la nuit entre 2 heures et 4 heures 30 », explique l’édile lyonnais.



« La Fête des lumières a une consommation relativement limitée : la facture d’électricité, c’est 3.500 euros », soit seulement 0,1 % de la facture annuelle d’électricité pour l’éclairage, « car les œuvres sont essentiellement basées sur la technologie LED », « très peu énergivore », affirme-t-il. Au total, le budget de la Fête s’élève à près de 3 millions d’euros. Et surtout, « c’est un moment populaire, fédérateur », justifie le maire, en évoquant une édition 2022 encore plus inclusive et accessible.