Destruction d'une barre à Vaulx-en-Velin: «Ca m'a fait un gros boum au coeur»

REPORTAGE En sept secondes, un ensemble de 407 appartements à Vaulx-en-Velin a été détruit à l'explosif dans le cadre du renouvellement urbain...

Carole Bianchi
— 

Quelque 900 kg d’explosifs, 407 appartements détruits, 52.000 tonnes de gravats et 300 policiers et gendarmes mobilisés... Ce vendredi matin, la démolition par implosion d’un grand ensemble d’immeubles à Vaulx-en-Velin, dans le Rhône, relevait du spectaculaire. Selon les entreprises embauchées pour l’opération, il s’agissait même de la plus «importante démolition à l’explosif jamais réalisée en Europe».

A 10h45, la foule, réunie principalement rue Emile-Zola, derrière un périmètre de sécurité de 200m, a donné le décompte final. En sept secondes, les 11 bâtiments du quartier Pré de l’Herpe, qui désossés, donnait l’impression d’une cité fantôme, se sont effondrés dans un bruit assourdissant et ont dégagé un important nuage de fumée blanche.


Implosion de la cité fantôme de Vaulx en velin

Les habitants songent déjà à l’après

«Ca m’a fait un gros boum au cœur. Mon petit fils a fait ses premiers pas ici. Et aujourd’hui il a dix ans. Il n’y a pas de mot pour décrire cela», déclare, émue, Véronique, ancienne habitante de cet ensemble pendant 24 ans, à 20minutes.fr.

De nombreux habitants songent déjà à l’après. Des immeubles de petite taille seront construits avec des commerces au rez-de-chaussée. Des bureaux, un centre aquatique et d’autres équipements publics viendront dynamiser le centre-ville de Vaulx-en-Velin, banlieue de 40.000 habitants frappée par un fort taux de chômage de près de 40%. L’objectif à terme est de désenclaver le quartier sensible du mas-du-Taureau.

«La réalité sociale reste»

«C’est un des quartiers les plus pauvres du département, rappelle le maire communiste de Vaulx-en-Velin, Bernard Genin. Même si les immeubles s’effondrent, la réalité sociale reste. Nous ne demandons pas à ce que le quartier change en un seul acte. Cela prendra du temps.» 

Les 52.000 tonnes de gravats seront évacuées jusqu’en octobre. Ensuite pourra commencer la reconstruction de 370 logements. La phase de relogement dans le quartier du Mas-du-Taureau a déjà débuté. Près de 400 logements devront également y être détruits également.