IMMIGRATION

Des parents campent à l'école pour soutenir un père sans-papiers

Guilherme Hauka Anzanga a été arrêté à Lyon il y a une semaine en présence de ces enfants, ce qui avait ému l’école...

Les parents d’élèves du groupe scolaire Gilbert-Dru, à Lyon, sont déterminés. Une trentaine d’entre eux s’apprêtent ce jeudi soir à passer leur troisième nuit dans l’école en soutien à Guilherme, un père angolais menacé d’expulsion.

Ils racontent avec force de détails leur occupation sur Twitter et sur un blog où de nombreuses personnes ont pris une photo de leur main avec un G comme Guilherme inscrit dessus.

Ce sans-papiers a été arrêté par la police il y a une semaine en présence de ses enfants, ce qui a suscité beaucoup d'émoi dans leur établissement. Depuis jeudi dernier, date à laquelle Guilherme a été placé en centre de rétention, l’établissement était occupé la journée par des parents.

Il refuse par deux fois d’embarquer

Ce père de famille âgé de 37 ans, affirme vivre en France depuis huit ans avec ses deux enfants. Mais il est expulsable à tout moment, sa demande d’asile ayant été rejetée mercredi. Dans un long communiqué diffusé à la presse, la préfecture du Rhône assure que le cercle familial de Guilherme est bien en Angola, «où sa femme et ses cinq enfants vivent». Or Guilherme soutient que sa femme est décédée.

Il a déjà refusé à deux reprises d’embarquer dans l’avion devant le ramener en Angola. Pour ces faits, il avait déjà purgé deux mois de prison et avait été conduit directement à l'aéroport à sa sortie de prison, le 18 mars. Mais grâce au refus d'un pilote de partir, lors d'une escale, il avait été libéré.

Sa compagne est malade

 «C’est inimaginable. Sa compagne Florence est malade et ne pourra pas s’occuper seule des enfants», note un père de famille.

 «Guilherme est un homme profondément gentil, serviable», explique Sandrine, une mère mobilisée depuis plusieurs semaines pour réclamer la régularisation de son voisin angolais.