Pas de prison pour la mère infanticide

— 

L'étudiante de 24 ans, jugée devant les assises du Rhône pour avoir étouffé et poignardé son bébé à la naissance, à la fin 2007 à Lyon, a été condamnée hier à cinq ans de prison, dont trois avec sursis. Amandine M., qui comparaissait libre après huit mois de détention provisoire, ne retournera pas en prison. Les dix-huit mois restant à purger devraient faire l'objet d'aménagements par le juge d'application des peines. Mise à l'épreuve durant trois ans, la jeune femme devra en outre poursuivre sa thérapie psychologique. La cour s'est montrée plus clémente que l'avocat général, qui avait requis cinq ans de prison ferme à l'encontre de l'étudiante, qui encourait la perpétuité. Le 7 novembre 2007, Amandine M., qui avait obstinément menti sur sa grossesse, avait étouffé et poignardé à deux reprises son nouveau-né, alors que sa mère dormait dans la chambre voisine. Elle avait ensuite dissimulé le corps dans un placard du salon, n'avouant son geste que plusieurs heures plus tard.F. C.